5.5. Une sécurité sociale pour le XXIe siècle

Alors que les gouvernements successifs se sont attachés depuis 30 ans à développer l’insécurité sociale, le besoin de sécurité n’a jamais été aussi grand, face à la montée des incertitudes et à l’émergence de nouveaux risques. Une réflexion d’ensemble nécessaire sur la réponse à ce besoin de sécurité.

Des services  publics de la dépendance, de la petite enfance, etc.

 Position 1 Création de services publics de la dépendance, co-gérées/contrôlées par les parties prenantes (salariés, usagers, familles, collectivités) (ATTAC)

Position 2 Instauration d’un service public de la dépendance pour assurer un statut et un salaire et des conditions de travail décentes aux assistantes maternelles, femmes de ménage, aides aux enfants et adultes handicapés, aux personnes âgées qu’on veut maintenir à domicile. Ces emplois, à plus de 80 % féminins, sont peu payés et invisibles alors qu’ils sont précieux, ils maintiennent la société en lien

ATTAC, Une révolution sociale et  écologique pour construire le monde d’après. Lire ici

François Ruffin A voir ici

Dépendance : enfin un cinquième risque ? Alter Eco A lire ici

Création d’un service public de la petite enfance (ATTAC) et consolidation des crèches, notamment parentales, à dimension pédagogique, face aux abus des garderies à finalité lucrative (ACEPP)

ATTAC, Une révolution sociale et  écologique pour construire le monde d’après. Lire ici

Revalorisation des métiers de l’aide sociale : statut, accroissement des salaires, amélioration de la formation

Voir ici le site de l’ACEPP, notamment pour expliciter les dimensions pédagogique et d’auto organisation des crèches parentales

Gérer démocratiquement la Sécurité Sociale et restaurer ses ressources

Remettre à plat le financement de la sécurité sociale, en diminuant la part de la CSG et en restaurant les cotisations, porteuse de droits. Ces dernières ne représentent plus que 55 % du financement contre 90 % en 1983. Dans ce cadre :

– Supprimer les exonérations de cotisations patronales indues accumulées depuis 20 ans.

CGT Baromètre social et chiffres-clés p. 34 A lire ici

L’hôpital, le jour d’après, André Grimaldi et Dominique Pierru, à lire ici

– Asseoir les cotisations patronales sur l’ensemble de la valeur ajoutée, et non sur les seuls salaires

Revenir à l’esprit initial de la Sécurité Sociale émanant du Conseil National de la Libération, notamment restaurer une démocratie sociale qui doit s’ouvrir aux usagers et aux collectivités, et lui redonner les moyens nécessaires

C’était déjà une proposition de Jacques Chirac en 2006 voir ici

Union des Mutuelles du Vaucluse. Une des rares unions de mutuelles restées fidèles à l’esprit des mutualités ouvrières  A lire ici

Étendre la sécurité sociale à de nouveaux domaines

Mettre en place le 5e risque (dépendance) afin de créer un service public national de la dépendance (voir ci-dessus)

François Autain et Guy Fischer. Construire le 5e risque contribution du Sénat A lire ici

Dépendance : enfin un cinquième risque ? Alter Eco A lire ici

Ouvrir une nouvelle branche avec une  Sécurité sociale de l’alimentation assurant à la fois l’accès pour tous et toutes à une alimentation saine et des conditions de production agricole responsables socialement aussi bien qu’écologiquement (voir plus haut 3. 6.)

Reporterre Appel commun pour une sécurité sociale de l’alimentation, l’initiative de ISF Agrista, Réseau Salariat, Confédération paysanne, réseau CIVAM Voir ici

Voir aussi le dossier du Réseau salariat

Mettre en place une nouvelle branche : sécurité sociale professionnelle qui garantisse les revenus d’une personne mise au chômage jusqu’à son embauche par un nouvel employeur. Cette mesure serait financée par la mutualisation des cotisations sociales et par une taxe sur les actifs financiers reversés à la sécurité sociale.

Tribune collective sécurité sociale professionnelle A lire ici

De l’État-providence à l’état résilience, couvrir l’ensemble des risques, y compris écologiques

Pour Dominique Bourg, il s’agit de faire de la “sécurité” un horizon de civilisation, dans un monde instable et menacé par le réchauffement climatique et les bouleversements écologiques, sanitaires, etc. Dans un tel monde, la sécurité sociale devient une valeur essentielle, un  substitut de l’appétit pour le “gain” et la distinction sociale par l’avoir qui caractérisaient l’imaginaire social du capitalisme

Donner à l’État une mission de solidarité universelle, à proportion des revenus de chacun, couvrant l’ensemble des risques, y compris les risques écologiques.

Il s’agit de faire de la “sécurité” un horizon de civilisation, dans un monde instable et menacé par le réchauffement climatique et les bouleversements écologiques sans précédents… Dans un tel monde, la sécurité sociale.

Se rattachent à cet objectif la réforme des retraites, la garantie d’activité, la reconstruction du système de santé, les assurances privées.

Dominique Bourg, propositions  pour un retour sur terre A lire ici

Une réponse

Les commentaires sont fermés.