Le collectif « Changer de cap » interrogé par Sud Radio

Le « Collectif Changer de cap » a été invité à participer à la matinale de Sud-Radio le samedi 4 janvier. interrogé par Laurence Garcia, Didier Minot a présenté l’action du Collectif « Changer de cap » : c’est aujourd’hui 14 000 contacts, 135 membres et 70 correspondants avec des groupes locaux de gilets jaunes et des collectifs citoyens locaux répartis dans de nombreux départements.

L’objectif est de faire circuler les informations, les réflexions et les exemples d’actions . En effet, les groupes locaux à mettre en place des actions porteuses d’alternatives. Beaucoup de projets ont une dimension à la fois écologique et sociale. Ils montrent que la convergence entre la « fin du monde » la « fin du mois » est largement réalisée du côté des gilets jaunes.

Pour écouter l’émission c’est ici :

L’importance du combat des prochaines semaines 4 janvier 2020

Après les vœux du Président de la République, il est clair que le gouvernement a visiblement choisi d’imposer un affrontement décisif au mouvement social. C’est une guerre que mène Emmanuel Macron contre l’ensemble des compromis sociaux qui faisaient tenir la société française, malgré les injustices et les inégalités.

Après la destruction du droit du travail, de la formation professionnelle et de l’assurance-chômage, la remise en cause du régime des retraites par répartition, qui se cache derrière la retraite par points et l’unification des régimes, est en même temps une épreuve de force décisive pour briser définitivement les résistances à ses projets.

Un libéralisme autoritaire s’installe à travers une brutalité inédite face aux mouvements sociaux, le traitement indigne des étrangers, la réforme de l’aide médicale d’État, le négationnisme écologique, malgré les beaux discours, le mépris, humiliation et la répression infligée à ceux qui ne sont rien. On observe cette radicalisation autoritaire partout dans le monde

Dans ce contexte, les chances d’Emmanuel Macron de l’emporter en 2022 sont minces. Combien de citoyens méprisés, de syndicalistes et de militants écologistes se déplaceront pour aller voter pour lui au second tour en 2022 ? Si l’élection avait lieu demain, Marine Le Pen aurait toutes les chances de l’emporter.

C’est dire l’importance du combat des prochaines semaines. Seule une insurrection sociale et citoyenne pourra ouvrir une nouvelle dynamique et faire émerger une alternative à gauche, en dépassant les clivages que continuent d’entretenir les états-majors politiques nationaux crispés sur leur identité, dess ambitions irréalistes ou leurs colères.

Sur le terrain, on voit se multiplier des listes citoyennes qui conjuguent un objectif de justice sociale, une forte dimension écologique et un renouvellement de la démocratie locale. La participation des citoyens est au cœur de la démarche, le programme co-construit à travers des commissions ouvertes à tous. Ces collectifs regroupent des militants associatifs, des écologistes, des gilets jaunes. Les syndicalistes et les militants associatifs politiques. C’est ce qu’a quoi le Collectif « Changer de cap » souhaite ardemment contribuer.

Dix villes où des listes « citoyennes » affichent leurs ambitions pour les municipales   Bastamag 16 décembre

On voit se multiplier, à l’approche de municipales, les démarches citoyennes et participatives d’actions locales à qui conjuguent un objectif de justice sociale, une forte dimension écologique et un renouvellement de la démocratie locale. La participation des citoyens est au cœur de la démarche, le programme co-construit à travers des commissions ouvertes à tous. Ces collectifs regroupent des militants associatifs, des écologistes, des gilets jaunes. Les syndicalistes et les militants associatifs politiques sont acceptés, avec leurs casquettes mais ce ne sont pas les organisations en tant que telle qui détermine la liste et le programme par des accords d’apparaître. Il s’agit d’une élaboration collective.

Depuis l’été dernier, Collectif « Changer de cap a suscité la création d’un réseau destiné à mettre en lien ces différentes expériences et à favoriser les échanges d’informations, de pratiques et de réflexions.

Bastamag vient de publier un très bon dossier montrant comment ces dynamiques se mettent en place sur l’exemple de 10 villes emblématiques. Nous avons largement participé à la préparation de ce dossier, que vous trouverez ici 

« Fin du Moi, début du Nous » : un super film sur le rond-point d’Alby, disponible gratuitement…

Cette période de trêve des confiseurs est favorable pour  revenir sur des événements culturels  de cette année. Nous vous proposons de revoir le film« Fin du Moi, début du Nous », film militant réalisé par Jean-Claude Allard, photographe professionnel. Mis à la disposition de ceux qui souhaitent pour introduire un débat, il raconte 3 mois d’occupation du rond-point d’Alby sur Chéran, en Haute-Savoie avec l’objectif de favoriser les convergences et de lutter contre la désinformation des médias. Voici le lien pour voir la bande annonce https://youtu.be/ZFVWXYXgtd4 et pour télécharger gratuitement le film en MP4, avec un dossier de presse : https://we.tl/t-sTlScrzbYE (N.B. le mot de passe est jcafindumoi)

. Seule contrepartie : informer jean.claude.allard@orange.fr des dates de Leprojection. Il existe une version DCP pour les salles de cinéma (37 Go) pour Mac ou Windows, lisible sur les Serveurs des Projecteurs de salles de cinéma à demander à Jean-Claude. Une fois contacté, celui-ci l’envoie directement à la salle de cinéma.https://www.youtube.com/watch?v=ZFVWXYXgtd4&feature=youtu.be

N’hésitez pas, c’est un très bon outil  pour introduire un débat sur la fraternité !