3.1. Sortir du productivisme, réorienter l’économie vers les Communs

Décroissance, décarbonation, investissements écologiques et sociaux. Il est impératif de  réorienter l’économie vers les Communs. Même certains industriels réalisent qu’il leur faut se débarrasser de leur dépendance au pétrole car le yo-yo des prix les prive de toute visibilité sur leurs investissements, alors que le pic de production est pour bientôt, si et que les activités d’avenir sont la reconstruction écologique. Les résistances à cette mutation viennent plutôt des actionnaires, qui font pression pour continuer à percevoir à court terme des dividendes déraisonnables, et des banques, qui déposeraient le bilan si demain la valeur des actifs charbonniers et pétroliers devenait nulle. Ni les uns ni les autres ne veulent de transition écologique. Gaël Giraud, A lire ici.

C’est l’ensemble de l’économie qu’il faut réorienter dès maintenant l’ensemble de l’économie vers la reconstruction écologique, mais aussi sociale. Nous employons le terme de reconstruction plutôt que de transition, qui véhicule une image lisse et tranquille, pour indiquer qu’il y a déjà énormément de casse sociale et écologique, et qu’il s’agit bien de reconstruction (Gaël Giraud). Il s’agit bien de reconstruire, comme après la seconde guerre mondiale, un monde vivable et solidaire comme l’avait pensé le CNR.

Pour cela, les recommandations aux entreprises ni les appels au don ne suffiront. Les tenants du système ne rendront pas gentiment les clés du camion (Lordon). La puissance publique et les citoyens mobilisés doivent engager le conflit contre les banques et les actionnaires pour mener rapidement à bien cette reconstruction, car ils ont trop à y perdre. Qu’il s’agisse de l’écologie ou des rapports sociaux, on est bien dans une lutte de survie (PEPS).

Face aux enjeux écologiques, sociaux et démocratiques, l’action économique doit être réorientée prioritairement vers l’usage des Communs nécessaires à la société, et non vers la recherche du profit. La sobriété n’est pas seulement une affaire individuelle mais doit être organisée par la loi (Keucheyan) 6. On ne peut pas se contenter d’injonctions infantilisantes au tri sélectif par les consommateurs. La puissance publique doit réorienter massivement l’investissement vers la reconstruction écologique, les énergies renouvelables, la reconstruction des services publics et les infrastructures qui constituent des Communs.

Sortir du productivisme, organiser la décroissance

Organiser la décroissance de la consommation matérielle et énergétique, inventer de formes de développement compatibles avec cette décroissance.

 

Des dizaines de milliers d’actions citoyennes mettent en œuvre la décroissance, l’auto organisation, l’autonomie des territoires. On en trouvera de nombreux sur le site des Colibris voir ici

Sortir du productivisme, réorienter l’action économique vers la décroissance et les Communs

Promouvoir des modes de vie, de production et d’échanges économes et autonomes, donnant priorité à la satisfaction des besoins de base et à l’intérêt général (ATTAC)

Adieu à la croissance, Jean Gadrey voir ici

Développer l’économie circulaire et le recyclage, afin de réutiliser les déchets, inventer d’autres utilisations aux objets et aux produits. Imposer aux fabricants des normes de robustesse, de longévité, d’emballages et de production économes en intrants, avec des durées de garantie plus élevées.

Reporterre. Vive l’économie circulaire. A lire ici

34 mesures pour un plan de sortie de crise A lire ici

Accélérer la bifurcation énergétique, construire une économie sans pétrole

Pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, il faut rompre en même temps avec les énergies du passé, ce qui inclut le nucléaire, et réduire les consommations des industries, des riches et des classes moyennes en adaptant nos modes de vie et de production.

Mettre en œuvre un scénario énergétique pour 2050 qui fixe pour tous les usages de l’énergie (chaleur, électricité et mobilité) les objectifs de long terme,  définir une trajectoire cohérente, à partir de scénarios, et se doter de moyens participatifs de suivi, de contrôle et de contraintes nécessaires

Negawatt, scénario pour 2050 Voir ici

Isoler 2 millions de logements par an, au niveau basse consommation, en mettant en place une obligation sélective de rénovation, en particulier pour les ménages précaires, accompagnée d’aides financières, avec un vaste programme d’aide au développement d’entreprises spécialisées et de formation (voir plus loin).

L’initiative commune A lire ici

Les chiffres sont à préciser. Les 34 mesures proposent 500 000 logements par an. En 2017 l’objectif était de 750 000

Stopper immédiatement la privatisation des barrages hydroélectriques, éléments essentiels de la bifurcation énergétique

Ce projet, lié à la mise en demeure par la Commission européenne se « conformer au droit européen », suscite un refus général A voir ici

Voir aussi le film

Soutenir les projets collectifs locaux d’énergies renouvelables

L’initiative commune. Appel de 150 élus et militants A lire ici

Voir ici quelques ex de territoires où les citoyens mettent en œuvre  dès maintenant  des actions de  bifurcation énergétique :

– A Villiers-Charlieu (54) les habitants imposent et organisent la rénovation de 1300 pavillons « passoires thermiques »

– A Auriol (13), des gilets jaunes remettent en état pour faire une micro centrale hydro-électrique

– A Brengues (46), les habitants deviennent autonomes en créant un parc solaire sur une friche

Mise en place d’une Contribution Climat Énergie, accompagnée de mesures de redistribution de grande ampleur, pour en compenser les effets sur les plus vulnérables.

L’initiative commune  A lire ici

[s’agit-il du retour de la taxe carbone, ou d’une forme nouvelle de contribution taxant équitablement tous les émetteurs de gaz à effet de serre, avec une compensation pour les classes populaires ?]

Une réponse

Les commentaires sont fermés.