Santé mentale et  citoyenneté

L’espace convivial et citoyen d’Advocacy : un lieu pour se rencontrer et se reconstruire

Avec Advocacy, des citoyens, usagers en santé mentale et des professionnels de la santé, s’organisent par eux-mêmes pour répondre à un besoin fondamental de reconnaissance, de dignité, de vie sociale et de pouvoir sur leur propre vie. Des Espaces Conviviaux Citoyens, ont été crées, lieux autogérés et animés par les usagers, pour renforcer les liens de solidarité, l’entraide, lutter contre l’isolement et l’oisiveté.

Certaines activités sont régulières comme la discussion philosophique (en lien avec Asphodèle, voie ci-dessous), un atelier pour apprendre à participer de façon harmonieuse à une discussion, club des femmes, atelier informatique. Ces activités sont ouvertes à tous : habitants du quartier ou toute autre personne qui le désire.

Au total, elles mobilisent 150 personnes chaque année. Advocacy développe aussi la représentation des usagers dans les instances où se traitent leur situation et leurs droits (maison départementale des handicapés, CA des hôpitaux psychiatriques,…). Les usagers qui y participent sont  formés au « pair – advocacy » : un soutien de la part d’un usager ancien, qui a un vécu une situation similaire, qui encourage le co-usager.

Les instances dirigeantes (Conseil d’Administration et Bureau) sont constituées en majorité d’usagers ou ex-usagers eux-mêmes et/ou des membres de leurs familles.

Tous les lundis a lieu une grande réunion d’organisation afin de définir le planning de la semaine. Les Espaces Conviviaux Citoyens constituent une nouvelle manière de lutter contre les exclusions en faisant évoluer les services publics de droit commun plutôt que de créer des filières spécialisées selon les publics. Ils permettent d’expérimenter les conditions réelles d’exercice de la démocratie pour aller vers un rapport démocratique associant des personnes très différentes : usagers, parents, citoyens engagés, professionnels de la santé, rapport très rarement mises en pratique.

Voir le site www.advocacy.fr/

5 place des Fêtes, 75019 PARIS ; 2017 ; N°5

3 rue Singer 14000 Caen , n°5

Groupes d’entraide mutuelle.

Créer des liens durables par des échanges associant les amis et familles de malades psychiques

En Aveyron, des GEM (Groupes d’Entraide Mutuelle) se sont mis en place en associant des usagers de la santé mentale et leurs parents ou amis, à l’initiative de l’UNAFAM (Union des amis et familles de malades)

Ils permettent de rompre la solitude,  de prendre du recul grâce aux échanges bienveillants qui autorisent à sortir du cercle où peut entraîner la souffrance d’un proche. A partir de connaissances partagées, ces groupes se ré-interrogent sur les valeurs à promouvoir, y compris en termes de citoyenneté.

Le handicap psychique pouvant avoir pour conséquence la difficulté à élaborer des demandes et projets personnalisés, il s’agit de rechercher avec tous les partenaires de la cité les moyens de permettre aux handicapés psychiques de développer des liens durables et d’acquérir une place dans la cité.

Il existe plus de 400 GEM en France. Le Collectif national Inter GEM (CNIGEM) propose des formations et peut vous aider à trouver un GEM près de chez vous Voir ici le site avec des nombreuses inffrmations

Voir le site

12850 ONET LE CHÂTEAU, N°67, 2020

La demeure des Deux Ruisseaux, un lieu de vie et d’entraide réciproque

L’association « la Demeure des Deux Ruisseaux »

La Demeure des Deux Ruisseaux  est une association qui accueille et accompagne à Limas (69400), 7 résidents âgés de 50 à 75 ans, qui souffrent ou ont connu un handicap psychique.

Les résidents s’organisent librement, avec l’aide de la maîtresse de maison, pour effectuer par eux-mêmes leur ménage et celui des parties communes, faire leurs courses et préparer les repas. On constate à travers 30 ans d’expérience que la mise en œuvre par les résidents d’un véritable projet de vie est porteuse de responsabilité, d’entraide et de sécurité, tant pour les personnes elles-mêmes que pour les familles, avec une grande tolérance. 

La plupart des résidents qui étaient considérés comme des malades vivent en autonomie dans une structure non médicalisée, et s’en trouvent mieux. Il existe entre les résidents une grande tolérance et une entraide réciproque, en même temps qu’une connaissance mutuelle et une grande fraternitéLire la suite et voir la fiche détaillée 

69400 LIMAS, N°54, 2020

Asphodèle, Atelier de philosophie pour personnes souffrants de troubles psychiques

L’association ASPHODÈLE a créé depuis 2004 un atelier de discussion philosophique pour personnes souffrant ou ayant souffert de troubles psychiques, en partenariat avec l’Espace Convivial Citoyen Advocacy. Celles-ci se retrouvent en effet souvent isolées et seules face aux problèmes de la vie et à leur « être au monde ». Il est essentiel de créer des lieux de parole qui constituent une ouverture, donne des outils pour se situer dans le monde et constituent un apprentissage à l’échange en groupe.

La dynamique consiste à partir d’un support de questionnements (souvent des textes, mais aussi des chansons, photos, tableaux, etc.) et avoir une discussion philosophique. Les participants formulent des questions et les écrivent sur un tableau. Le groupe choisit alors la question à discuter.

Cet atelier se réunit à Paris, mais l’association est nationale et peut initier d’autres expériences. Les participants apprennent à animer eux-mêmes et à prendre la parole en groupe (réunion, conseil de quartier, colloques, etc.). Le groupe se réunit tous les jeudis de 19 à 21 heures. La participation est ouverte, certains participant régulièrement et d’autres occasionnellement.

http://penserouvrir.com

http://www.educ-revues.fr/DIOTIME/AffichageDocument.aspx?iddoc=32691

91600 SAVIGNY/ORGE ; N°16 ; 2017