Monnaies locales et finances solidaires

La pêche à Montreuil, outil de transformation sociale, expérience d’économie humaine

Plusieurs dizaines de monnaies locales et complémentaires citoyennes développent aujourd’hui en France, sur des bases communes, des solutions alternatives au désordre global constituent la crise écologique, économique, politique et sanitaire. À travers des formes d’échanges reposant sur les choix démocratiques, les citoyens peuvent se réapproprient l’économie et la rendre plus humaine. Voir ici la carte interactive

La Pêche, monnaie locale née à Montreuil, a été créé en 2012 par l’association Montreuil en transition. Elle est utilisable, à la manière dont pour restaurant, par les citoyens, les associations, les institutions et collectivités, des entreprises avec pour objectif d’encourager l’économie réelle et locale, de réduire notre empreinte écologique, de combattre la spéculation les paradis fiscaux.

On trouvera ici sur le site de la Pêche des explications détaillées sur la façon dont ça marche, le circuit monétaire avec ou sans monnaies locales, des informations actualités sur l’aventure démocratique que représente ce projet

La Peche eventail

Terre de Liens collecte l’épargne solidaire pour une gestion écologique du foncier

Terre de Liens est né en 2003 de la convergence de plusieurs mouvements liant l’éducation populaire, l’agriculture biologique et biodynamique, la finance éthique, l’économie solidaire et le développement rural.

L’originalité de Terre de Liens vient d’une triple articulation, entre un réseau associatif, la foncière Terre de liens, entreprise d’investissement solidaire ouverte aux citoyens, et une fondation d’utilité publique. La Foncière Terre de Liens émet des actions afin de recueillir de l’épargne citoyenne. Celle-ci est utilisée pour acquérir des fermes en vue de l’installation de paysans pratiquant l’agriculture paysanne, biologique ou biodynamique. Ces agriculteurs louent les terres à Terre de Liens selon les principes du fermage. Terre de Liens signe avec ses fermiers des baux ruraux environnementaux, qui possèdent des clauses obligeant le fermier à respecter des règles environnementales (agriculture biologique, préservation de haies, mares, zones humides, etc.) En 2016, la Foncière Terre de Liens comptait 11 460 actionnaires, 50 M€ de capital, 202 fermiers installés pour 122 fermes acquises. L’association nationale fédère les associations régionales, présentes dans toutes les régions.

L’association Terre de liens Bourgogne Franche-Comté est impliquée dans 10 projets en agriculture biologique et biodynamique : maraîchage, viticulture, brebis, chèvres, vaches, cochons, transformation laitière, viande, forêt. Près de 500 sympathisants mobilisent temps et/ou finances pour les actions de Terre de liens en Bourgogne-Franche-Comté. Les bénévoles s’investissent dans des groupes locaux ou sur des actions très précises (tenue de stand, rédaction d’articles et d’outils de communication, gestion du bâti, chantiers participatifs…).

http://www.terredeliens.org

39800 POLIGNY, N°166, 2017

La ville grecque de Volos met en pratique un système économique alternatif

Dans la ville grecque de Volos (une petite localité de 100 000 habitants), la mise en pratique d’un « Réseau d’échange et de solidarité » depuis maintenant 2010 ne procéde pas tant de la situation économique que de la nécessité de constituer une alternative faisant face à l’actuel système capitaliste.

 

L’idée de base est partie des multiples expériences de communauté de troc, qui échangeaient produits et services sans utiliser de monnaie. Dans le cas de Volos, l’idée fut perfectionnée avec la création d’une plate-forme d’échanges, le TEM (Unité alternative locale) adossé à un système informatique au fonctionnement aussi simple qu’efficace dans ses résultats. Les mouvements entre vendeurs et acheteurs sont inscrits immédiatement sur un compte grâce à Internet, sans commission ni intérêts. « ce qui est important c’est que les gens se connaissent et qu’il existe une confiance mutuelle. Notre initiative est motivée d’abord par la nécessité de mettre en application nos valeurs et de changer le système économique actuel. Le réseau a été pensé contre lui, en tant forme alternative d’échanges économiques.

Le trèfle, monnaie locale  citoyenne à Périgueux

La plupart des monnaies locales se revendiquent d’une intention écologique ; elles sont donc d’emblée des exemples de « monnaie verte ». La crise du confinement et du déconfinement pourrait-elle donc être l’occasion d’un second souffle pour les MLC ? Contrairement à ce que  constatent Jérôme Blanc, Marie Fare et Oriane Lafuente-Sampietro, dans l’enquête 2019-2020 sur les ML « on peut raisonnablement supposer que l’extension rapide du nombre de ML constatée durant la décennie 2010 ne se poursuivra pas dans les quelques années qui viennent » (2). Mais c’était avant !

 la crise CoVid a provoqué dans le réseau d’intenses réflexions sur la place des MLCC dans le monde d’après : https://mypads.framapad.org/p/04les-mlc-une-reponse-a-la-crise-3m16sp7sp, réflexion qui devra sans nul doute se poursuivre

 

Voir le site « le trèfle » membre des MCC

N°293 – 2020