Didier Minot, revu en 2017, rédaction initiale octobre 2008

Buoux (Vaucluse) Une colonie de vacances citoyenne école de tolérance

 

Une école de tolérance et de citoyenneté

De 2002 à 2013, l’association Intolérage a oeuvré pour développer la tolérance dès le plus  jeune âge, à l’initiative d’institutrices des quartiers nord et ouest de Marseille. Constatant que les exclusions entre groupes d’origines commençaient dès la maternelle, elle a organisé chaque été dans le château de Buoux, dans le Luberon, des séjours de vacances citoyennes pour des enfants de 4 à 11 ans et pour des ados de 15/17 ans venant de ces quartiers. Des vacances citoyennes pour se construire ensemble et lutter contre toutes les formes de racisme. Les enfants pouvaient vivre à leur rythme, apprennaient à choisir leurs activités, voter des projets, élaborer ensemble leurs règles de vie. Ils pouvaient s’exprimer à travers des bilans hebdomadaires en petits groupes et des conseils de délégués. Les activités principales étaient le cirque et la nature. Malheureusement, en 2012, le Conseil général a mis fin à l’expérience en asséchant la trésorerie de l’association (retards systématiques de versements des crédits alors même que le gouvernement multipliait les appels à la mobilisation dans les quartiers de Marseille. Mais elle peut encore inspirer d’autres actions.

Action menée

L’objectif de ce temps de vacances est de contribuer à l’éducation des jeunes en les incitant à adopter des comportements citoyens et à cultiver le respect de l’autre, le droit à la différence, la tolérance, le partage : « Je me respecte, je te respecte, je respecte la nature, je donne mon avis, je dis non, j’aide les autres… Le projet éducatif est défini par l’association qui le propose à l’équipe d’encadrement. Une formation de deux jours avec les responsables de l’association, les directeurs et les animateurs permet de discuter ce projet éducatif et de le mettre en actes.

Les séjours de vacances privilégient l’initiation aux techniques du cirque et une découverte de la nature et de l’environnement. Quatre séjours s’adaptent aux tranches d’âge des enfants et des jeunes :

– Brins de Troubadours, pour les 3-6 ans : cirque et nature ;

– Saltimbanques en herbe, pour les 6-8 ans : cirque et nature ;

– Cirque.com, pour les 9-12 ans : cirque, nature et multimédia ;

– Anim’ado, pour les 14-17 ans : vacances et initiation à la fonction d’animateur.

Le cirque permet aux jeunes de découvrir ses capacités physiques et de concentration, ainsi que la confiance en soi et l’entraide. Mais on n’oublie pas l’éco-citoyenneté, avec des activités nature, et la découverte du territoire.

Les règles de vie collective (droits et devoirs) et les activités sont définies avec les enfants. Chacun est acteur de ses vacances et participe à la vie matérielle du groupe : organiser, ranger, aider… Une règle étonnante : les enfants dorment à volonté et se réveillent quand ils veulent, un buffet est à leur disposition et un adulte assure l’encadrement des derniers levés. Les repas sont préparés par un professionnel de la cuisine sur place à partir de fruits et de légumes de saisons issus prioritairement de l’agriculture régionale.

Mais le centre de vacances est également un temps d’apprentissage de la citoyenneté, avec des conseils de chambre chaque soir, un grand conseil (chaque semaine les enfants peuvent choisir entre plusieurs types d’activités et de projets), un conseil des délégués hebdomadaire. En cas de conflits, de difficultés de comportements, on discute sur la nature des problèmes et leurs origines et on passe un contrat pour « grandir » et « s’améliorer » sur lequel on fait le point un peu plus tard.

Les séjours de vacances fonctionnent jusqu’à présent sans subvention. Les tarifs de séjour (transport compris depuis Marseille) étaient en 2007 de 400 € pour 7 jours, 700 € pour 14 jours et 990 € pour 21 jours. Mais ce tarif plein n’est réglé que par une partie des enfants. L’association a passé une convention avec CAF des BDR et de ce fait un tiers des enfants bénéficient d’une aide financière. Un certain nombre d’enfants sont inscrits par des maisons d’enfants de l’Aide sociale à l’enfance intéressés par la démarche éducative proposée par Intolérage. Les séjours accueillent aussi des enfants avec un handicap ou une maladie longue. Cette diversité d’accueil est essentielle pour parvenir à l’objectif majeur de l’association : une véritable mixité sociale qui permet d’apprendre à vivre ensemble en partageant des moments exceptionnels et un projet collectif.

Voir ici plus de  détail

Une réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.