Comment l’ADVGE fait reconnaître et prendre en compte les gens du voyage dans l’Essonne

Résumé

L’ADGVE (association départementale gens du voyage de l’Essonne) se bat depuis 1972 pour faire reconnaître et prendre en compte les tziganes et les gens du voyage par les politiques publiques.

Un observatoire social permet de mieux connaître leurs situations et conditions de vie et de faire des propositions dans les différents domaines (habitat, scolarisation, formation, séjour, protection sociale, professionnelle). L’ADGVE travaille aussi à la promotion sociale, économique et culturelle de ces populations.

Pour cela, elle gère un centre social, qui constitue un lieu repère pour les familles, un lieu d’échange, de parole et d’information.

De multiples activités sont organisées : aide au développement d’activités économiques indépendantes, alphabétisation et lutte contre l’illettrisme, soutien scolaire, accompagnement des familles dans leurs difficultés sociales, sanitaires, administratives.

Un espace public numérique facilite l’accès aux technologies de l’information et de la communication. Des manifestations culturelles sont organisées avec des musiciens, des comédiens, afin de favoriser la reconnaissance de la culture des gens du voyage.

Historique

L’association départementale gens du voyage de l’Essonne se bat depuis 1972 pour faire reconnaître les prendre en compte les tziganes et les gens du voyage les politiques publiques.

Cette action dans la durée s’est traduite par une évolution dans sa compréhension des problèmes : concernant la situation et les besoins des gens du voyage, on est passé du stationnement à l’habitat, de grands terrains au terrain familial, d’une réponse unique à une diversité de solution, d’une approche spécifique à la recherche de la mixité sociale.

Cela s’est traduit par l’émergence de la reconnaissance d’un droit d’habiter en caravane, d’être citoyen par l’accès au droit commun, d’avoir accès à l’instruction et à la formation.

Cela s’est traduit par une évolution de la conception du rôle de l’association, qui vise aujourd’hui :

– Une position de relais : les actions d’accompagnement spécialisées tout en étant appuyées sur une culture particulière visent le retour au droit commun

– Une position d’appui aux familles et aux différents acteurs

– Une position  symbolique : en portant la présence et la parole des familles pour qu’elles soient et restent présentes réellement dans l’Essonne.

Objectifs

Aujourd’hui, l’ADGVE poursuit trois objectifs /

– La reconnaissance et la prise en compte des populations Tsiganes, Gens du Voyage et des familles ayant le même mode de vie que celles-ci, dans les politiques publiques sociales, sanitaires, scolaires, économiques, culturelles et urbaines

– La promotion sociale, économique et culturelle de ces populations

– L’amélioration et la valorisation des relations et des échanges entre les Gens du Voyage et l’ensemble de la population à travers la prise en compte et la reconnaissance de ces populations dans les politiques sociales et urbaines territoriales et à la mise en œuvre d’actions adaptées

Action menée

De multiples actions aux différents niveaux

Sur le plan juridique, l’association œuvre pour la reconnaissance d’un droit d’habiter autrement dans des conditions décentes, afin de faciliter la réalisation et le suivi de lieux de vie et d’habitats adaptés aux modes de vie, l’accès à la propriété de terrains familiaux ou individuels, l’aménagement des terrains privés existants pour les rendre habitables.

Au niveau départemental, elle cherche à participer à la mise en œuvre du schéma départemental en concertation avec les familles, services et élus, afin de créer des aires de séjour qui soient de véritables lieux de vie et d’habitat, et améliorer les aires de séjour existantes.

Un Centre Social, une équipe, des formations, des services

L’association gère un centre social, qui constitue un lieu repère pour les familles, lieu d’échange, de parole et d’information où se côtoient adultes et enfants de différents milieux et origines, où des activités ponctuelles ou permanentes sont proposées(lecture, informatique, accueil social, formations).Des situations et besoins des gens du voyage.

L’ADGVE facilite l’accès aux dispositifs sociaux en proposant la domiciliation du courrier dans le cadre d’un accompagnement spécifique.

L’association cherche à permettre aux plus jeunes de connaître d’autres espaces sociaux et culturels en les accompagnant et leur proposant des activités hors de leur cadre de vie habituel (visite de musées, sorties à Paris, spectacles, cinéma, sport…)

L’association participe à des manifestations culturelles et contribue à leur développement en permettant des rencontres avec des musiciens, des comédiens, en assistant à des manifestations théâtrales, musicales, cinématographiques, pour favoriser la reconnaissance de la culture des gens du voyage.

L’association dispose d’un Espace Public Numérique. Cet espace permet à tous d’accéder aux TIC (Technologies Information Communication.

Une équipe assure l’accompagnement des familles dans leurs difficultés sociales (habitat, santé, économie, formation et démarches administratives), leur statut particulier étant un frein à beaucoup de leurs démarches. Les

L’observatoire social

L’association constitue un observatoire social :

-par l’analyse des situations et conditions de vie des Tsiganes et Gens du Voyage dans le département.

– par les propositions qu’elle formule sur l’habitat, le séjour, la scolarisation, la formation, la protection sociale, les activités professionnelles.

– par les informations et les documents qu’elle diffuse.

Un rôle d’appui technique et d’expertise auprès des pouvoirs publics

Cette action s’exerce tant auprès des collectivités territoriales et des services départementaux de l’État :

– Mise en œuvre d’enquêtes et études

– Elaboration de projets d’habitat

– Conseils techniques

– Elaboration et suivi du schéma départemental d’accueil des gens du voyage

-participation à l’élaboration et au suivi du plan départemental d’action pour le logement des personnes défavorisées (PDALP)

Contact et site

Contact : Françoise GOUTTEFARDE, 01 60 86 09 50 ZI de l’églantier, 16 Rue du Bel air, 91090 Lisses

Site : Les différentes actions sont décrites sur le site :

Appui à la création, au maintien et au développement d’une activité économique indépendante

Formation à la gestion de micro-entreprises, prévision des charges sociales, fiscalité, comptabilité, seuil de rentabilité,…)

L’alphabétisation, la lutte contre l’illettrisme

Le soutien scolaire

L’accompagnement dans les bibliothèques communales