Femmes citoyennes, solidaires

La cantine des femmes battantes

La cantine des femmes battantes a été créée par 4 femmes d’origine africaine, sans-abri, sans travail sans papiers, arrivées là dans des conditions très difficiles, d’où le nom de l’association. Depuis septembre 2019 elles ont développé une activité de traiteur et de restauration qui s’est beaucoup développée pendant le confinement. L’association veut venir en aide aux femmes qui comme elles sont sans-abri, sans travailler sans papiers. Elles veulent faciliter leur accès à la formation professionnelle, offrent une aide pour les démarches administratives et l’apprentissage du français. L’objectif est aussi que leurs enfants puissent avoir un abri à l’école. Au-delà, il s’agit d’une entraide aux femmes dans l’épreuve pour qu’elle soit forte, puissent avoir du travail et être épanouies.

Voir ici la vidéo-témoignage, la page facebook, le reportage de Radio-Parleur

93200 SAINT-DENIS ; N°499 ; 2021

FIA – ISM : réseau national d’associations de femmes 

Les associations rassemblées dans FIA-ISM se réfèrent à quelques grands principes d’action qui font leur spécificité et qui sont le fil rouge de leur action. Ce sont ces principes qui leur permettent de mettre en actes leurs idées. 

Le travail interculturel est la colonne vertébrale de FIA et des associations affiliées. Il est fondé sur la reconnaissance de toutes les composantes de la société de France, de toutes ses origines, de toutes ses cultures et en même temps sur la volonté de ne pas enfermer les personnes dans leurs origines, leurs cultures. A cet égard, la médiation sociale et culturelle promue par FIA ISM a été une innovation marquante dans les pratiques sociales.

Le vivre ensemble

Pour FIA – ISM, la vie associative est une école de la solidarité. Elle est orientée vers la possibilité que chacun-e trouve sa place dans la société, c’est à dire que chacun-e y soit reconnu comme acteur-actrice à part entière.

Ce qui est important, c’est l’implication personnelle de chacun-e dans le collectif : le groupe avance quand chacun avance.

Voir le site

Consulter  la liste des associations. membres

75011 PARIS ;  N°66  ; 2020

Convergence des Femmes Rurales pour la Souveraineté Alimentaire COFERSA au Mali

La COFERSA regroupe 36 coopératives de femmes rurales au Mali. Son objectif est de donner accès à la terre pour les femmes, à travers des plaidoyers auprès des chefs de village et des propriétaires terriens, de les aider à les cultiver en agroforesterie (avec replantation d’arbres d’essences locales tel le karité ou le néré), et d’organiser la formation et l’appui en petit équipement (mutualisation et mise à disposition d’outils tels que charrette, âne, paire de bœufs) nécessaires.

Le combat de la COFERSA est aussi de promouvoir la consommation de produits tels que le fonio précuit, le riz étuvé, le gombo séché, la poudre de fruits de baobab, le jus de zaban, le beurre de karité. Elle en organise la commercialisation locale.

Elle replace la biodiversité agricole, les savoirs et savoirs faire des paysannes au cœur de la souveraineté alimentaire. Les initiatrices de la COFERSA ne voulaient plus se contenter de faire la figuration dans les organisations paysannes pour seulement respecter les quotas de genre. Elles se sont organisées pour donner la parole aux femmes rurales et en les plaçant au cœur de la prise de décision.

La COFERSA mène aussi des plaidoyers auprès du Comité Ouest Africain des Semences Paysannes (COASP), de la Convergence Globale des Luttes pour l’Eau, de la Terre et les Semences paysannes (CGLTE-AO), du Comité de Planification de la Souveraineté Alimentaire (CIP).

Voir le site

Voir ici le livret « consommer la biodiversité locale pour mieux se nourrir

Lire l’article Des femmes championnes de la préservation des semences locales” de Nourou-Dhine Salouka dans Caravane ouest africain

EFAPO pour en finir avec la polygamie

L’association a pour objet d’informer et de protéger les femmes victimes de mariages polygames subis. Elle aussi mène un travail d’information et d’alerte des pouvoirs publics, du grand public et des médias sur l’existence d’unions polygames subies et/ou forcées sur le territoire français.

Elle accompagne les femmes, avec ou sans enfants, qui en font la demande, dans un lieu ou par téléphone, et de façon sécurisée en les orientant vers les services qui peuvent les aider. Elle propose également une hotline et un site internet d’information sur la polygamie et de ses conséquences sur les droits des femmes. Elle organise aussi des groupes de parole, une aide à la recherche d’emploi

L’association agit dans les pays concernés par la polygamie, avec un partenariat avec une association-relais en Afrique dénommée « Rencontre pour l’Élimination de toutes les Formes de Discriminations à l’égard des Femmes » (REFORME) qui sensibilise les jeunes sur les méfaits de la polygamie.

Elle lutte ainsi contre les discriminations et tend à favoriser l’intégration des populations immigrées concernées.Elle aussi mène un travail d’information et d’alerte des pouvoirs publics, du grand public et des médias sur la réalité de la polygamie sur le territoire français et  son cortège de souffrances, par des débats, des conférences.   Lire le livre d’Awa Ba « Polygamie, la douleur des femmes »      

     Voir la page facebook

91380 Chilly-Mazarin ; N°357 ; 2022

La Maison des femmes de Saint Denis, Ouverte directement sur la rue

La Maison des femmes de Saint Denis accueille les femmes vulnérables ou victimes de violence. Ouverte directement sur la rue, elle offre un accueil confidentiel et sécurisé.

De la demande de contraception en passant par les soins autour d’une excision, d’un viol ou de violences physiques ou psychologiques, dans le cadre familial, conjugal ou autre, ses équipes offrent les soins les plus adaptés et les plus actuels.

Un large réseau de partenaires et diverses permanences associatives lui permettent d’orienter les patientes en fonction de leurs besoins, tout en privilégiant la coordination de leurs parcours.

Voir le site

N°358 ; 93200 SAINT-DENIS ;  2020 

Femmes Debout dans le Jura, éducation, soutien et lutte contre les violences

Femmes debout mène un combat contre toutes formes de discriminations et leurs effets, en apportant une aide concrète aux populations les plus fragiles. De multiples actions sont menées, qui reposent sur la confidentialité, l’anonymat, la gratuité. Elles se développent dans plusieurs directions :

Soutien aux droits et aux initiatives des femmes, par la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, les mariages arrangés, les violences conjugales. Femmes Debout est un lieu d’écoute, pour accueillir la parole des femmes, les sortir de leur isolement, les aider à retrouver leur estime et confiance en soi, les informer sur leurs droits, les soutenir dans leurs projets.

– Soutien à la parentalité et aux jeunes, pour accompagner les parents dans leur rôle éducatif, rompre leur isolement et les aider à assumer leur fonction parentale. Des actions de prévention et de sensibilisation sont menées dans les établissements scolaires ou dans les quartiers en direction des jeunes et des moins jeunes.

Lutte contre les discriminations. Elle se traduit par des actions socio-linguistiques menées en direction d’un public étranger ou issu de l’immigration, des interventions autour des relations entre filles et garçons dans les écoles, des échanges culturels autour d’un film ou d’un spectacle pour élargir l’horizon des participants, favoriser la réflexion, lutter contre les préjugés et les représentations, montrer l’apport bénéfique de la diversité.

Voir le site

39100 DOLE ; 2022

La maison des Babayagas : bien vieillir en citoyennes

Autogérée, la Maison des Babayagas est une maison de femmes âgées, autonomes, solidaires et citoyennes. La Maison accueille tout particulièrement les personnes âgées du quartier, femmes et hommes, qui, bien que souhaitant rester dans leur lieu de vie habituel, seront disponibles et désireront participer dans le même esprit à l’animation de la « Maison ».

Chaque résidente est responsable de son logement, et pour les parties communes comme le jardin, ou les salles d’activités, les décisions sont prises collectivement. Le choix des nouvelles voisines également.

Voir le site

93100 MONTREUIL, N°95, 2020