Biodiversité et environnement

BEDE aide à reconquérir les semences paysannes

Redonner aux paysans la maîtrise de leurs semences et plus largement de la biodiversité : c’est dans ce sens qu’agit BEDE (biodiversité, échanges et diffusion d’expériences) depuis 30 ans. En effet, aucune transformation écologique de l’agriculture n’est envisageable sans la maîtrise locale, par les paysans, de la sélection des semencesBEDE a développé de nombreuses expériences de recherche collaborative pour  la biodiversité agricole à travers des Laboratoires hors murs, testés en France, en Algérie et au Bénin.

Plusieurs expériences à signaler, sur les palmiers-dattiers en Algérie ou la résurrection de l’oignon de Tarassac : l’ histoire d’une prise de conscience et du cheminement d’un agriculteur biologique vers l’autoproduction des semences, un plaidoyer sur l’importance cruciale des semences paysannes pour l’agroécologie et notre alimentation.

Voir le site

Voir aussi l’article de Reporterre « Il a sauvé l’oignon de Tarassac » 

34000 MONTPELLIER ; N°286 ; 2020

Arbres et paysages d’Autan promeut le rôle de l’arbre dans la restauration du paysage

Arbres et Paysages d’Autan, fondée en 1995, a pour objet de promouvoir le rôle de l’arbre dans la sauvegarde et la restauration du paysage pour le mieux vivre de tous. Elle défend toutes les formes de préservation de l’environnement : priorité aux arbres de pays, lutte contre l’érosion des talus, taille propre des haies, éducation dans les écoles sur le rôle de l’arbre, réalisation de parcelles agroforestières, conseils de plantation aux particulièrs et aux communes pour des paysages de demain, sorties nature, formations, conférences, panneaux, livrets. L’association organise des journées de formation, participe au développement de l’agroforesterie, organise des sorties autour des arbres remarquables. Elle produit de nombreux outils, notamment un coffret Pays’Arbre, comportant 45 fiches individuelles sur les arbres, un livret technique sur la plantation, un guide pratique et un glossaire.

L’équipe permanente est composée de cinq salariés, qui ont tous une solide formation scientifique, qui font le lien entre une véritable vision du paysage et des apprentissages pratiques s’adressant à tout public.

Voir  le site

 31450 AYGUESVIVES ; N°201 ; 2020

Le Collectif  Toxic Tours sensibilise les habitants du 93 à la pollution

Le collectif Toxic Tour Detox 93 regroupe des habitants du 93 voulant mettre en évidence les différents lieux de pollution du département, et expliquer en quoi les inégalités sociales constatées dans les quartiers populaires sont couplées à des inégalités face à l’environnement. Des parcours ont été organisés autour des Data Centers de la Courneuve, les aéroports situés à proximité et l’autoroute A1. Ces actions se sont déroulées au moment de la COP. Même si aujourd’hui elles sont terminées l’idée peut être transposée facilement.

Les participants ne sont pas forcément les habitants des quartiers traversés lors de ces Toxic Tours ; des actions ont été menées en amont afin de sensibiliser davantage les habitants

Les inégalités face à la pollution et au dérèglement climatique sont très fortes, aussi bien à l’échelle planétaire qu’à celle des villes. Lors de la canicule qui fit 15 000 morts en France, la Seine-Saint-Denis fut le deuxième département le plus touché. C’est toujours les populations les plus précaires qui subissent et ne « profitent » pas des infrastructures polluantes. Mais ils n’en n’ont pas forcément conscience.

Voir ici action 2015             voir ici site Que faire à Paris

93200 SAINT-DENIS ; N°111 ; 2018

Préservation de la biodiversité à Loos en Gohelle

Depuis 2001, Loos-en-Gohelle a engagé son projet sur une approche systématiquement participative, sous l’impulsion de son maire, Jean-François Caron. La participation n’est pas entendue comme un supplément d’âme, mais comme le fondement de l’action, qui garantit l’accord, l’adhésion du plus grand nombre, l’ancrage dans la réalité, l’efficacité. Cette approche vise à construire une société ouverte, composée d’acteurs autonomes, responsables. Progressivement, les participants à ces différents dispositifs deviennent acteurs, se forment et deviennent autant de relais de terrain.

En particulier, les habitants sont invités à être acteurs de la préservation de la biodiversité, avec des formules qui favorisent la convivialité, le plaisir d’apprendre et d’être ensemble

Avec l’appui des associations environnementales, les Loossois sont sensibilisés, impliqués et formés à la qualité de leur environnement à plusieurs niveaux. Les sorties nature les sensibilisent à la richesse de la biodiversité, même en ville, et leur permettent de (re)découvrir en famille le territoire communal.

Ces ateliers sont une occasion d’appropriation collective et intergénérationnelle (grands-parents, parents, enfants). Avec l’opération « Observer la nature à Loos-en-Gohelle », les habitants deviennent acteurs en participant au recensement d’oiseaux et de papillons.

Voir le site

N°317 ; 62750 ; LOOS-EN-GOHELLE – 2020

Un observatoire de l’environnement, dans le Trièves,

Dans le cadre de l’Agenda 21 un observatoire de l’environnement et de la qualité de vie a été mis en place en 2011. L’objectif est de collecter, de rassembler et de diffuser des informations concernant tout ce qui nous entoure (agriculture, agriculture, air, biodiversité, déchets, eau, énergie, forêts, occupation d’espace, risques, pollutions…), et observer leur évolution sur de longues périodes pour analyser les causes des évolutions (naturelles ou humaines) et en suivre les conséquences. 

voir le site des observatoires de l’environnement 

38650 MONESTIER DE CLERMONT ; N°318 ; 2020

Defense, santé, environnement (ADSE) et  le stockage des déchets (91)

L’ADSE (association défense santé environnement) de Saint Escobille (sud Essonne) est née en 2002 pour empêcher l’installation d’un centre de stockage de déchets industriels dits ultimes sur la commune, afin de préserver l’agriculture et la santé des habitants, et aussi de sauvegarder la qualité de l’une des plus grandes nappes phréatiques d’Europe. La force de l’alliance « citoyens-élus-agriculteurs-associations» a mis en lumière les risques environnementaux, sanitaires, économiques et techniques.

Malgré les expertises produites par l’ADSE, reconnues crédibles par 142 collectivités dont la Région Ile de France, la Chambre d’agriculture et le Département de l’Essonne, les services de l’Etat en charge du dossier ( dont la proximité avec l’industriel Sita-Suez n’est plus à prouver ) ont nié ces études. L’affaire est devant la justice, et la Cour Administrative d’Appel de Versailles a annulé l’arrêté préfectoral de Projet d’Intérêt Général. L’action de l’association s’est étendue à de multiples actions pour encourager la population à l’éco consommation, développer l’éducation à l’environnement, réfléchir et agir en faveur de l’éco production de biens matériels.

voir le site

 91780 – CHALO-SAINT-MARS – N°502 – 2022 

Dans les Hautes Corbières : une zone du réseau Natura2000

Dans le pays Hautes Corbières , le développement local a commencé en 1985 avec la création d’une association de 18 communes. élargie un peu plus tard à 57 communes des Corbières et du Minervois ;  En 2019, ce projet comprend :

– L’ association de développement des hautes Corbières (ADHCO) qui gérait les services courants à la population; elle est devenue un centre social.      

– Le court circuit en Corbières qui regroupe producteurs locaux et consommateurs en respectant une charte : Voir le site

Chaque marché hebdomadaire se termine par une grillade et un peu de musique … – « Vivons le théatre en Corbières », porté par la compagnie « conduite intérieure » qui amènel’expression théatrale dans tous les villages :  voir le site

Natura 2000 est un centre de ressources coordonné par l’Agence française pour la biodiversité. Il a pour objectif de mettre en commun les connaissances, savoir-faire et expériences des gestionnaires des 1780 sites Natura 2000 terrestres et marins. Ce réseau est constitué de l’ensemble des opérateurs et animateurs des sites Natura 2000, ainsi que des services de l’État concernés. Ainsi, en novembre 2019, L’Agence française pour la biodiversité (AFB) lance un appel à manifestations d’intérêts (AMI), piloté par  PatriNat, pour financer ou co-financer des suivis d’efficacité de la gestion pendant une durée de cinq ans sur des sites Natura 2000 , mettant en œuvre l’une ou l’autre de ces mesures de gestion soit la plantation de haies soit le retard de fauche de prairies.

Les suivis, prévus pour 5 années, seront réalisés selon une méthodologie spécifique et commune développée par le laboratoire PatriNat. Les résultats de ces suivis permettront d’identifier les modalités de gestion les plus efficaces mais aussi les méthodes et indicateurs pertinents pour évaluer les effets des mesures .

https://www.natura2000.fr

Espaces Chaville, pionnier de l’écologie urbaine

Depuis sa création l’association Espaces développe des projets de gestion douce des espaces urbains en mutation dans l’ouest parisien, à travers des chantiers d’insertion aidant des personnes en difficulté à s’insérer professionnellement, maois aussi socialement .Elle anime une quinzaine de chantiers d’insertion : des équipes d’éco-cantonniers, agents d’environnement, jardiniers, éco-animateurs, éco-bergers… pour aménagement et entrenir de nombreux sites urbains, berges, talus, jardins solidaires et partagés… , les espaces naturels des bois de Chaville et de Fausse-Repose, le Parc de Saint-Cloud, etc. Ces actions utilisent des techniques respectueuses de l’environnement permettant ainsi de préserver la biodiversité. Parallèlement, l’association propose aux salariés en insertion un emploi, une formation aux métiers de l’environnement et un accompagnement socioprofessionnel et une ouverture sur la vie sociale et culturelle : débats, échanges, sorties. Elle suscite également des équipes de bénévoles qui réalisent des actions de protection de la nature et de la biodiversité

https://www.association-espaces.org/

92370 Chaville ; N°491 ; 2021

Mille lieux d’éducation à l’environnement

Le réseau national École et Nature regroupe plus de 1000 lieux d’éducation à l’environnement en France qui fonctionnent en une série de réseaux régionaux GRAINE (groupement régional d’animation et d’information sur la nature et l’environnement)  qui organisent des journées d’échanges, des actions de terrain, et mènent un travail d’information et accompagnent les structures de terrain (plus d’une centaine en Île-de-France) dans leurs propres actions. Il est impossible de décrire ici la gamme et la richesse de toutes les actions menées. Le plus simple est de chercher la structure la plus proche et de consulter son site. https://frene.org/

Réserve d’abeilles à Hamel dans une ancienne sablière industrielle (59)

Après l`exploitation industrielle, les 19 hectares de la sablière d’Hamel (près de Douai)se sont transformés en réserve naturelle aménagée spécifiquement pour les abeilles solitaires. Sur l’ancienne sablière d’Hamel , une soixantaine d’espèces d’abeilles solitaires ont  été repérées par les naturalistes locaux. Contrairement aux idées reçues, 75 à 80% des abeilles solitaires nichent dans le sol. Elles recherchent pour cela des espaces bien exposés et à faible couverture végétale pour profiter de la chaleur du soleil. Ainsi certaines sablières fournissent aux abeilles et guêpes solitaires de nouveaux habitats, ou plutôt des milieux de substitution, face à la disparition ou à la dégradation de leurs habitats originels.

L’entreprise STB Matériaux, titulaire des droits d’exploitation, accepta de « jouer le jeu » et permit d’abord aux services départementaux des Espaces naturels sensibles de réaliser quelques opérations en faveur des Hyménoptères sauvages de 2007 à 2010. L’arrêté préfectoral d’exploitation prévoit une remise en état « classique ». « Au-delà du pilotage courant mené avec le carrier et l’écologue, un groupe de travail s’est réuni chaque année pour valider les orientations du projet de remise en état. « C’est un vrai plus pour les habitants qui permettra de découvrir cette réserve naturelle unique créée de toute pièce sur un ancien site industriel, » conclut le maire. De nombreux autres travaux furent réalisés entre 2005 et 2020 : des plantations complémentaires (1,2 km de haies champêtres en périphérie du site) ; la préservation de tous les bosquets de saules, principales ressources alimentaires pour les abeilles printanières ; des semis de plantes régionales pour les abeilles. En 2013 et 2014, l’entreprise a réalisé une remise en état d’une partie de la sablière dont l’exploitation est terminée. Sur 1,2 ha de nouveaux reliefs à base de sable et de limon ont été réalisés afin de créer et d’offrir de nouveaux milieux xéro-thermophiles favorables aux hyménoptères, orthoptères, coléoptères et araignées caractéristiques des milieux sableux. Depuis que l’exploitation a cessé, le site a été restitué à la commune. Un belvédère avec une rampe d’accès pour les personnes à mobilité réduite a été réalisé. La gestion du site est confiée au Conservatoire d’espaces naturels.

voir l’article de la revue sésame        

59151 – Hamel – N°399 – 2022

Les haies préservées de Oroux (79)

Depuis le printemps 2019, 70% des haies de la petite commune d’Oroux (600 hectares et 98 habitants) sont classées et toute modification majeure nécessite un accord. Avec l’aide de l’association  Prom’Haies et sa méthode participative, 40 personnes ont participé au comité de pilotage, où ont été invités tous les agriculteurs . Puis cinq binômes se sont constitués pour inventorier les haies, associant élus, agriculteurs exploitants ou retraités, habitants, garde-chasses. Certains éleveurs ont fait savoir leur intérêt pour la préservation des haies et convaincu leurs collègues » .
Par cette action, la petite commune d’Oroux fait aujourd’hui figure de précurseur et le maire vient récemment de partager la démarche auprès de ses collègues élus, très intéressés. Le classement n’est pas la fin de l’exploitation des haies.  Celles-ci sont des organismes vivants qui ont besoin d’être régénérés à intervalles réguliers et peuvent fournir du bois de chauffage. 

« À Oroux, on aime les haies ! »        Voir l’article de Vivant 

               79390 Oroux, N°411,, 2022