Basta ! et Alter médias

Basta! est un média indépendant  qui publie quotidiennement des enquêtes, reportages, entretiens, sur les questions sociales, environnementales, économiques et démocratiques. Il est animé par une équipe de 9 salariés. Basta!  produit  une information d’intérêt général,  qui revient à ses fondamentaux : 

 Un journalisme d’enquête, producteur d’une information rigoureuse, originale, sourcée, vérifiée

 Un journalisme d’éducation populaire qui vise à offrir à chacun des outils pour sa propre émancipation intellectuelle.

 Un journalisme d’impact qui contribue à redonner un pouvoir d’agir aux citoyens, en mettant les événements en perspective et en offrant aux lecteurs des propositions et des alternatives, pour ne pas tomber dans l’analyse catastrophiste ou l’indignation stérile.

 Un journalisme qui  rend accessibles des analyses différentes sur l’actualité sociale et écologique, donne de la visibilité aux alternatives, aux mouvements de résistance, aux populations ignorées et à d’autres manières de voir le monde. Le site s’intéresse aux lames de fond et aux grands courants, plus qu’à l’écume d’une actualité mouvante et artificielle, pour publier des articles qui donnent du sens et de la perspective, selon le triptyque Décrypter – Résister – Inventer.

Le modèle économique, sans publicité et sans abonnement, est fondé sur l’incitation des lecteurs à contribuer financièrement, sur le mode « je lis, j’aime, je soutiens ». « une information à prix libre », est ainsi proposée, en faisant le pari de devenir un média « au financement 100% participatif ». L’indépendance économique est la seule garantie d’une totale indépendance éditoriale.

A moyen terme sont proposés des dossiers comme  alternatives et solidarités d’ile de france ou la crise alimentaire mondiale imminente

L’objectif de l’association Alter-médias est de faire vivre une presse indépendante, une information d’intérêt général. Alter-médias édite ainsi depuis fin 2008 le site Internet « Basta ! »  (entre un et deux millions de visiteurs mensuels en 2018), et depuis 2013 l’Observatoire des multinationales (www.multinationales.org), un site consacré aux enjeux de pouvoir et de responsabilité des grandes entreprises (100 000 visiteurs mensuels en moyenne en 2017). Ces deux sites sont reconnus comme « Service de presse en ligne d’information politique et générale ». En 2015, Alter-médias a mis en place un « portail des médias libres » , une sélection d’articles (économie, social, écologie, politique, alternatives) issus de plus de 100 médias et sources identifiés comme indépendants, fiables et progressistes, contribuant à la « transformation sociale, écologique et démocratique » de nos sociétés. Par ailleurs, Alters-médias participe à la coordination ou à l’animation de plusieurs espaces et réseaux regroupant journalistes, médias, organisations non gouvernementales ou syndicales.

Voir le site

93100 – Montreuil – 2020

 

Radio parleur, « le média de toutes les luttes »

Des Champs-Élysées au Limousin, les journalistes de Radio Parleur tendent le micro à ceux qui battent le pavé. Beaucoup sont bénévoles, tous sont engagés.

Depuis 2016, l’équipe arpente les manifs, enregistre le son des colères et les diffuse en ligne dans des podcasts.

Pour l’auditeur fatigué par une maison généraliste, persuadé que la radio sociale qu’il cherche existe pas, le site de radio parleur fait l’effet d’une oasis sonore et politique. Les reportages, engagés, rigoureux, sont complétées par des live-tweets suivis.

Ils ont couvert la grève des retraites, les assemblées des gilets jaunes, les manifs pour le climat, le ras-le-bol des policiers. A leurs côtés, une belle sonorité de conférences, débats et entretiens

Pour en savoir plus, et voir le site, c’est ici

75018 PARIS, N°338 ; 2020

Alterpresse à Mulhouse développe un débat pluraliste, ouvert à ceux qui n’ont pas voix au chapitre

Média régional d’actualité sociale, politique et environnementale, engagé sans être partisan, Alterpresse68 est un journal numérique édité par l’association Information–Pluralisme–Débat Citoyen laquelle promeut depuis son origine le débat contradictoire entre citoyens de toutes origines, conditions ou qualités, loin du consensus mou ou de convergences supposément tactiques.

Au travers d’un journal numérique, l’association souhaite porter au plus haut ces principes, et les transposer in situ par l’édification d’une plateforme multimédia au service de l’information locale et régionale alsacienne.

Alter presse 68 développe un débat pluraliste ouvert à ceux qui n’ont pas voix au chapitre, qui peuvent s’exprimer dans ses colonnes. Parmi les thèmes abordés : industrie et emploi en Sud Alsace. Les langues régionales, outils de la diversité de la démocratie. L’information et le pluralisme peuvent se passer de la presse papier. La laïcité en Alsace. Solidarité intergénérationnelle, quelle stratégie ?

Voir ici le site

L’écho des cabanes, la web-radio née pendant le mouvement Gilets Jaunes .

L’Écho Des Cabanes est une web-radio libre, citoyenne et participative crée en 2019 pour promouvoir la liberté d’expression ; elle, ne passe aucune publicité, votre temps de cerveau disponible ne sera donc mis à contribution qu’avec de la musique éclectique, des interviews, des émissions et reportages.  
Le projet et le nom de la radio ont été votsé en assemblée citoyenne des ronds points du Gers avec l’outil « Le Jugement Majoritaire » 

Voir le site  pour écouter

2020

 

REPORTERRE, le quotidien de l’écologie

Reporterre est indépendant et géré par une association à but non lucratif. Tous les contenus du journal sont en accès libre, sans publicité. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit  des articles, enquêtes et reportages sur la crise environnementale et sociale.

Reporterre propose des informations claires et pertinentes sur l’écologie dans toutes ses dimensions, ainsi qu’un espace de tribunes pour réfléchir et débattre. Pour nous, l’écologie est politique, et ne peut se réduire à des questions de nature et de pollution – même si nous suivons attentivement ces questions vitales. L’écologie engage le destin commun, engage l’avenir, sa situation découle largement des rapports sociaux : 

Le journal dépend en très grande majorité des dons des lecteurs

Voir le site

2020 

MEDIACITÉS  à Liile , à Lyon à Toulouse , à Nantes

Un journal qui enquête sur les pouvoirs politiques, économiques, sociaux, culturels, sportifs.  Il a une version nationale et des versions spéciales pour Lille, Lyon , Toulouse , Nantes. C’est un journal sans publicité et sans lien avec un groupe industriel. Il est engagé mais non partisan. 

Mediacités a été créé en décembre 2016 par sept journalistes qui travaillaient pour la plupart pour le magazine L’Express. Mediapart et à Mediacités. sont liées par une conception semblable du journalisme, ainsi qu’un partenariat éditorial et financier, les deux organisations sont cependant bien distinctes l’une de l’autre. 

L’équipe pense que la presse doit jouer un rôle de contre-pouvoir au niveau local. Lutter contre la constitution de baronnies.  Le journalisme doit aider les lecteurs à participer  à la vie de leur cité. Mediacités croit à la nécessité de revivifier notre démocratie locale (par une meilleure représentation citoyenne, un meilleur partage des responsabilités, la transparence et l’exemplarité des élus). Les acteurs de la vie économique locale (entreprises, syndicats, chambres consulaires…) ont des responsabilités sociales et environnementales. 

MEDIACITÉS est au service exclusif de ses lecteurs abonnés et à leur contact. Il participe au débat démocratique par la publication de ses enquêtes et leur mise en débat lors de rencontres publiques.

MEDIACITÉS est décliné dans les métropoles de France en autant de sites que d’agglomérations couvertes. Il tirera sa force de ses ancrages locaux et de son réseau national.

Voir le site

2020

 

Framasoft : pour le logiciel libre et  « Dégoogliser » Internet

– Un réseau dédié à la promotion du « libre » en général et du logiciel libre en particulier.De nombreux services et projets innovants mis à disposition du grand public.

– Une communauté de bénévoles soutenue par une association d’intérêt général.Une invitation à bâtir ensemble un monde de partage et de coopération.

Framasoft s’est associée au Chaton Picasoft et à la Mission Libre-Éducation Nouvelle des CEMÉA dans la réalisation de [RÉSOLU], un projet d’éducation populaire qui vise à accompagner l’adoption d’outils libres par les associations et les organisations de l’Économie Sociale et Solidaire. Pour les accompagner dans leur transition, nous publions aujourd’hui un ensemble de fiches didactiques, sous licence libre et aux formats PDF, web et papier.

Framablog, c’est l’actualité du Libre. Le manuel de l’internet, comme tous les Framabook, se télécharge gratuitement.

Voir le site

2020

 Les Mutins de Pangée, une coopérative cinématographique

Les Mutins de Pangée sont une coopérative audiovisuelle et cinématographique de production, de distribution et d’édition et de distribution (en salles, DVD, VOD). Les membres de la coopérative ou les complices réguliers sont réalisateurs, producteurs, éditeurs, reporters, techniciens, programmateurs, recherchistes, formateurs, administrateurs, postiers… et tout à la fois par moments.  Ils s’appuient sur leurs expériences communes acquises au sein de la télévision associative Zalea TV (TéléViZone d’Action pour la Liberté d’Expression Audiovisuelle).

Créée en 2000, elle réussissait à diffuser en grand depuis la Tour Eiffel en 2002. Pour la première fois, une télé libre touchait l’ensemble de la région parisienne dans des conditions qui la rendaient accessibles à tous ceux qui n’avaient pas encore balancé leur poste de télé par la fenêtre.

Après d’autres campagnes de diffusion et bien des combats épiques, l’association s’est auto-dissoute en 2007. Ce coffret 2 DVD donne à voir une partie de l’histoire, et une sélection de programmes (2000-2003), de cette chaîne déchaînée, qui s’est battue bec et ongle pour qu’existe en France au moins une chaîne de télévision alternative non-marchande et insoumise

Les Mutins de Pangée défendent la liberté d’expression, développent une réflexion sur le monde du travail en lien avec les luttes d’aujourd’hui. Pour préserver l’indépendance éditoriale, Les Mutins de Pangée développent des formes alternatives de production telles que la souscription. Leur travail est directement lié à la remise en cause du système médiatique et montre qu’une autre approche est possible, dans l’indépendance et le respect de la liberté d’expression.

voir le site

75017 PARIS ; N°289 ; 2020