19 novembre  2019

Un an après, les Gilets jaunes plus que jamais présents

 

Du 15 au 17 novembre, le week-end anniversaire du mouvement des Gilets jaunes a marqué leur grand retour médiatique. Médiatique aussi car depuis avril 2019, la stratégie du pouvoir se résumait en un seul mot : rendre le mouvement invisible, alors que les gilets jaunes n’ont manqué un samedi de mobilisation depuis 53 semaines. Après les pics de répression, l’heure était à ne plus montrer aucun gilet jaune dans les médias. Malgré cela, l’opinion publique réaffirme son soutien au

mouvement : le 21 novembre, 70 % des français approuvent le mouvement des gilets jaunes.

Car les faits sont là : depuis un an, le cap n’a pas changé. Les droits régressent, les hôpitaux se meurent, le Titanic continue sa route malgré la multiplication des conflits. Les hausses de prix, ultimes provocations, reviennent de plus belles (électricité 6%, gaz 3%). Il n’est donc pas étonnant qu’une grande partie du territoire se repeuple de jaune ce week-end. Face à ce retour, le pouvoir a choisi la carte de la dispersion et de la violence, remettant une fois de plus en cause le droit de manifester.: en dépit de manifestations autorisées la Préfecture a interdit des parcours à la dernière minute, comme place d’Italie à Paris, soumettant des milliers de gens déjà rassemblés à des nassages et une répression devenue habituelle.

Du 1er au 3 Novembre, la 4ème Assemblée des Assemblées des Gilets jaunes, à Montpellier, a marqué une nouvelle étape du mouvement. Au gré des débats et des rencontres, on voit que la détermination et l’enthousiasme des débuts du mouvement ne sont en rien entamés. Il est apparu que plus en plus les Assemblées locales évoluent vers des collectifs qui s’élargissent à d’autres mouvements. L’assemblée des assemblées devient un village d’échanges d’expériences et de contacts. Le Collectif « Changer de cap », trouve toute sa place dans ces évolutions, qu’il avait anticipées depuis plusieurs mois.