Accès à des services solidaires 

Les mécanos du cœur, un garage solidaire dans la métropole marseillaise

Les mécanos du cœur se sont structurés en association 1901 il y a 18 ans pour permettre à des personnes en difficulté d’entretenir leur voiture. Si Elle rassemble à Marseille prés de 250 adhérents à jour de leur adhésion. La cotisation est de 5 €. Il faut être adhérent pour bénéficier des divers services du garage. L’association emploie une mécanicienne en contrat de droit commun qui travaille 39 heures par semaine. 

Une semaine, tous les deux mois et demi environ, le garage est ouvert aux adhérents qui désirent auto réparer leur voiture. Il est demandé à tous les adhérents de participer activement à la gestion et à l’animation du garage et des actions collectives (repas, fêtes, cours de mécanique…). 

Ainsi, les locaux ont été repeints par un adhérent peintre de métier, les lavabos ont été mis en place par une plombière, etc Les Mécanos du cœur fonctionnent avec très peu de subventions. Les difficultés viennent essentiellement de l’aggravation de la situation personnelle des membres de l’association, qui ne s’en sortent plus, et qui se désespèrent. Voir ici le site des Mécanos du coeur

13006 – MARSEILLE ; N°132 ; 2020

Un garage solidaire pour permettre aux précaires de continuer à rouler (St Jean de Ruelle)

La Régie de quartier Respire à Saint-Jean-de-la-Ruelle (45) a créé en 2011 un garage solidaire pour apporter des solutions à un nombre croissant de personnes roulant en infraction pour n’avoir pas effectué le contrôle technique faute de moyens financiers pour réparer. Le garage solidaire fonctionne comme un chantier d’insertion avec 4 CDDI et un encadrant. Il s’adresse aux clients qui gagnent le Smic ou moins, sur prescription d’une assistante sociale du comité d’entreprise, de la Croix-Rouge ou la conseillère en insertion de la Régie. Il suffit de venir avec sa voiture et des fiches de paie. Ici, les prix sont bas car le coût de la main d’œuvre est faible, tout comme la marge sur les pièces. Seul le strict nécessaire est changé. Comme les gens n’ont pas d’argent ils attendent la dernière minute pour venir, quand ils sont à la limite de ne plus pouvoir rouler. Le garage loue aussi des voitures pour les jeunes de la Mission locale qui ont un projet d’emploi. « On en a trois ou quatre, qu’on loue 5 € par jour. Ce sont des véhicules d’occasion qu’on retape, qui ont entre 150.000 et 200.000 km au compteur. » Des voitures en panne ou en fin de vie sont données par des particuliers en échange d’un reçu fiscal. Parfois le garage revend à prix coûtant et après révision ces voitures qui lui ont été données, ce qui facilite l’achat et la vente de véhicules pour les moins bien lotis.

45140 – St Jean de Ruelle ; N°214 ; 2022

[+] L’impact social et écologique des garages solidaires

Les garages solidaires offrent aux personnes à faibles revenus, en situation précaire ou en difficulté, la possibilité d’effectuer soi-même les réparations de son véhicule mais aussi de faire réparer sa voiture à bas coût. Ils ont aussi un impact écologique car depuis leur apparition la mécanique de rue et en forte baisse, et le recyclage permet de réduire le gaspillage, les déchets et les encombrants. Enfin, ils constituent des lieux de convivialité et de responsabilité partagée qui sont aussi des lieux d’éducation populaire. Un guide pour créer et développer un garage solidaire a été publié par AVISE, en partenariat avec la fondation PSA > Téléchargez le Guide : Comment créer et développer un garage solidaire ?

Le Magasin pour rien à Mulhouse

Le Magasin pour rien a été lancé en 2010 par la Maison de la Citoyenneté Mondiale de Mulhouse. C’est un espace de solidarité et de partage ouvert à tous et à toutes. Inspiré d’une expérience découverte à Fribourg, en Allemagne, l a fêté au début 2020 son 10e anniversaire.

Il accueille à la fois des personnes qui viennent donner des objets en bon état dont elles n’ont plus l’usage (vêtements, vaisselle, jeux, etc.) et des personnes qui viennent y faire leurs emplettes sans débourser un centime. Ici, chacun est libre de prendre gratuitement cinq objets, 15 vêtements adultes, 10 vêtements enfants, un sac à main, des bijoux, trois CD ou encore une paire de chaussures.

Le Magasin pour rien a été le premier à voir le jour en France. Depuis, il a fait des émules. Le lieu, qui est dans le giron de la Maison de la citoyenneté mondiale de Mulhouse, fonctionne avec des bénévoles, réunis autour de Mireille, la cheffe de projet. Il est provisoirement fermé pour raisons sanitaires et  on espère qu’il pourra ré-ouvrir en 2021.

voir la page Facebook 

68100 MULHOUSE ; N°257 ; 2020

Une épicerie de proximité en SCIC

A A Savennières, près d’Angers, le conseil municipal décide en 1998 d’investir dans la construction d’un magasin-épicerie au centre du village (budget : 412.000 euros financé par 65% de subventions, 20% d’emprunt et 15% d’autofinancement communal). Deux commerçants l’exploitent mais il est mis en liquidation judiciaire en juillet 2007. Des habitants décident alors de relancer l’activité sous la forme d’une Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) en pariant sur la motivation des futurs clients. Les sociétaires sont répartis en quatre collèges : les clients (161 familles), les 2 salariés, les mécènes (50 personnes hors commune) et les collectivités locales. 

 voir  le site 

49170 SAVENNIERES ;  n°42 ; 2020

Saint Etienne : la Fourmilière, supermarché coopératif et solidaire

À La Fourmilière, les fourmis font bien des provisions mais en plus, elles sont solidaires. Le principe est simple : tout client du magasin possède des parts sociales et s’engage à donner chaque mois trois heures de son temps. En échange, il peut y faire ses courses, participer aux processus d’achats et bénéficier d’un panier moyen « de 12 à 40 % moins cher que chez la concurrence ».. « Nous privilégions les produits bio et locaux mais aussi l’inclusivité, explique Pierre-Édouard Garbe, l’un des coordinateurs du projet stéphanois. Quelques denrées sont trop chères pour certaines bourses. Nous proposons donc aussi des produits accessibles. » Ouvert depuis le printemps 2019, le supermarché coopératif ne désemplit pas. Voir ici l’article

42 000 SAINT ETIENNE ; n°255 ; 2019

Au village d’Upie, céréales bio pour un paysan-boulanger, avec un bail environnemental

Le statut de paysan-boulanger est réservé aux boulangers qui produisent eux-mêmes une partie des céréales utiles à la fabrication de leur pain. Le petit bourg d’Upie, près de Crest dans la Drôme, compte parmi ses habitants un paysan-boulanger. A cette fin, Michel louait dans le village 2,6 ha de terres agricoles. En 2009, le propriétaire de ces parcelles décida de les vendre. Pour maintenir son statut de paysan-boulanger, l’artisan devait les acheter et s’endetter lourdement.

Il fait alors appel à la Foncière, filiale de l’association Terre de liens. Celle-ci a pour objectif de changer le rapport à la terre, à l’agriculture, à l’alimentation et à la nature, en faisant évoluer les modalités de la propriété foncière afin de préserver les terres de la spéculation immobilière et de la concentration foncière, et en garantir sur le long terme un usage écologique et responsable. La Foncière Terre de liens lancé un appel local à l’épargne qui a permis de récolter en quelques semaines 23 000 €, avec lesquels elle a pu acheter 6 ha, pour les louer ensuite à l’artisan. Un bail rural environnemental a été conclu avec la paysan-boulanger, incluant l’obligation de produire en respectant les préceptes de l’agriculture biologique.

Michel cultive aujourd’hui 14 hectares, dont 8,5 hectares appartenant à Terre de Liens. Le blé est transformé à la ferme en farine et sert à fabriquer du pain au levain naturel, travaillé à la main, cuit dans un four à bois, vendu en direct aux adhérents d’une AMAP et dans un magasin de producteurs. Grâce a cette coopération exemplaire, un outil intégré de production de céréales bio, de fabrication de pain bio et de vente directe aux consommateurs a pu être mis en place et sauvegardé durablement.

26120 UPIE ; N° 22 ; 2019

[+] Une forte demande de paysans-boulangers

Des centaines de jeunes et de moins jeunes, en quête d’un travail à la fois manuel et intellectuel s’installent comme paysans boulangers. Voir sur Bastamag : rencontres avec ces paysans qui privilégient l’autonomie, et dont le développement fait grincer les dents des lobbies agro-industriels.

un Bricobus pour l’auto-réhabilitation de l’habitat (07)

C’est une camionnette conduite par un technicien du bâtiment de l’association des Compagnons bâtisseurs de Rhône-Alpes, qui circule en Ardèche pour accompagner des petits chantiers de rénovation chez les particuliers  à faibles revenus. Ceux-ci proposent avec les villes de la communauté de communes du bassin d’Aubenas de prendre directement contact par téléphone avec l’accompagnateur technique, qui est aussi le chauffeur du Bricobus, choisi pour son ouverture sociale et sa technicité. Celui-ci organise les pré-visites et programme l’intervention, le plus souvent quinze jours après.

En général, il s’agit de prêts de matériel ou de travaux d’appoint, projets d’amélioration de logement, même un peu longs, qui ne nécessitent pas l’intervention de professionnels spécialisés. Ce service contribue à rendre possible une amélioration du cadre de vie des ménages modestes, à des coûts compatibles avec leurs possibilités. Cette relation constitue également un travail d’éducation populaire tout en renforçant l’autonomie des personnes.

Voir le site 

N°272 ; 07200 – AUBENAS 2020

Le carburant en régie municipale à Ecouché (Orne)

Écouché-les-vallées  est une petite commune rurale de l’Orne  (15 km d’Argentan ). Afin de maintenir son attractivité, la commune a créé une station-service en régie municipale pour que les habitants et les entreprises locales se ravitaillent sur place en carburant. La station-service automatique municipale est ouverte 24h/24h depuis février 2018. « Pour la première année, nous avions évalué les perspectives de vente à 200 ou 300 m3 ; mais dès 2019 elles se sont établies à 443 m3. » précise le secrétaire général. Écouché accueillait au Moyen Âge les pèlerins en marche vers le Mont-Saint-Michel. La cité s’organise autour de sa remarquable église gothique. Le bourg compte plusieurs commerces (coiffeurs, charcutier, et même un institut de beauté), une crèche, deux écoles (une publique et une privée) un collège et un Ehpad. Le prix du carburant a été soigneusement calculé pour ne pas dépasser de plus de 8 centimes le litre celui pratiqué dans les grandes surfaces. « La plupart des gens nous disent, “pour 8 cts de plus, pas la peine de faire des kilomètres pour aller faire le plein”… », poursuit le secrétaire général.

61150 ; Ecouché ; N°410 ; 2021

Voir le site, Voir l’article  

Recyclerie les fées contraires à Grasse : un projet environnemental, solidaire et économique 

La Régie de quartier Soli-Cités à Grasse (06), s’est engagée depuis plusieurs années dans le champ du développement durable en conjuguant avec sa démarche de solidarité active des habitants d’un quartier populaire. Elle a inauguré en 2015 la recyclerie « Les Fées contraires », après 4 ans de préparation et de montage, pour identifier les besoins des partenaires, former les élus de la mairie et de la communauté d’agglomération. Elle vend à la fois des meubles retravaillés et en état et des objets de décoration, en favorisant la réutilisation de certains matériaux pour leur donner une deuxième vie, et de faire évoluer les modes de consommation.

Son action répond à plusieurs finalités : écologique, avec un impact sur la réduction des déchets par le réemploi et la valorisation et la lutte contre le gaspillage, sociale, en permettant à des familles à faible revenu d’accéder à des produits de qualité peu onéreux, économique, en embauchant des personnes en difficulté et en les formant tout en étant autonome financièrement. Depuis sa création, la régie de quartier a ouvert une seconde boutique, et a mené à bien une expérience de  boutique éphémère dans une grande surface.              Lien vers le site Facebook 

06130 GRASSE ; N°279 ; 2020 

test

Les castors à Rézé : horaires atypiques et accueil éducatif pour les enfants de familles monoparentales

Les Castors à Rezé pouvant accueillir 10 enfants de 2 mois à 6 ans. Sa particularité est la mixité des âges car les échanges entre « grands » et « petits » sont mutuellement bénéfiques. L’équipe vous aide aussi à concilier vos démarches de recherche d’emploi, travail, formation et vie de famille ; tout en respectant le rythme de l’enfant.

C’est un espace d’accueil à la fois pour les enfants et les parents, qui s’adresse notamment aux familles monoparentales.

Elle propose des gardes d’enfants avec des horaires atypiques et un accompagnement des parents dans la mobilisation de leurs capacités éducatives et relationnelles. Elle est gérée par l’antenne nantaise de l’ANAF.

Voir ici le site

44400– Rézé ;  2020