Luttes pour un numérique citoyen

Boucles  locales : comment le CUIC aide les communes rurales à résister aux opérateurs privés (Creysseilles, Ardèche)

Le CUIC a été créé  en 2008 par Jean-Marc Saglio, ancien universitaire spécialisé dans les nouvelles technologies en Île-de-France. L’association fonctionne sans aucune subvention. Son budget annuel est de 300 euros.

Le CUIC aide les mairies à faire jeu égal avec les opérateurs privés qui, depuis la privatisation de France Telecom, proposent aux mairies de créer des boucles locales dont ils deviennent propriétaires, acquérant ainsi une position de monopole. On a là est un bon exemple d’expertise citoyenne mise gratuitement au service du bien commun.

L’association fait également de l’éducation aux subtilités du Web et aux  logiciels libres, conseille les villageois dans l’achat des matériels pour que les membres puissent les essayer avant d’acheter (ordinateur portable, boîtiers CPL,..). Il représente aussi les abonnés devant les fournisseurs d’accès pour diminuer les coûts, dénoncer et corriger les abus.

Cette action montre qu’il est possible de donner aux communes et aux citoyens des clés pour maîtriser une évolution numérique extrêmement rapide, et restaurer ainsi un peu le rapport de forces avec les marchands de matériel, au niveau individuel, et les fournisseurs d’accès, au niveau collectif.

http://cuic07.blogspot.fr/

07000 CREYSSEILLES ; N°108 ;  2009

Saint Etienne. Victoire contre Serenicity, le flicage des voix dans les quartiers

Le maire de Saint-Etienne avait lancé un projet d’implantation de micros et de reconnaissance des voix dans les rues de Tarentaize-Beaubrun, l’un des quartiers les plus pauvres de la ville pour « prévenir les délits ».

Ce projet Serenicity d’écoutes dans la rue vient d’être abandonné, après un combat de plusieurs mois mené par le collectif « Halte au contrôle numérique » et la mobilisation militante (LDH, Alternatiba, StopLinky5G Loire,…). Ce combat précurseur a été gagné, grâce à l’aide de la Quadrature du net, qui a fourni la doc de départ sur l’ensemble du projet, et a accompagné l’action sur le site Technopolice.

L’action de la CNIL a été déterminante. Celle-ci a délivré un avertissement très argumenté contraignant le maire au retrait du projet. Pour en savoir plus c’est ici

Le combat citoyen contre les smart-cities ne fait que commencer, et sera l‘un de combats majeurs des prochaines années (avec l’accueil des migrants, la lutte pour l’égalité, le réchauffement climatique…).

La caricature voudrait que seule la Chine connaisse cette dérive totalitaire : un rapport du Carnegie Endowment for International Peace, montre que ces technologies de surveillance par Intelligence Artificielle sont déjà présentes dans au moins 75 pays sur 176 dans le monde, particulièrement en Europe occidentale.

42000 SAINT-ETIENNE, N°265, 2020

La Quadrature du net : Reprendre  le contrôle des données nous concernant

La Quadrature du Net est une association de loi 1901 déclarée en préfecture le 5 février 2013. Elle prévoit dans ses statuts que « l’Association a pour objet désintéressé et non lucratif », notamment, « l’encouragement de l’autonomie des usagers et leur prise de contrôle sur les données les concernant » ainsi que « la défense des intérêts so- ciaux, culturels, d’innovation et de développement humain des citoyens »

En 2018, en application de l’article 80 du RGPD, La Quadrature du Net a invité tout individu résidant en France à la mandater via son site https://gafam.laquadrature.net pour qu’elle exerce, en son nom, ses droits afin d’introduire une réclamation devant la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).

Google s’autorise à analyser le contenu des e-mails de ses utilisateurs. L’entreprise se permet ainsi clairement d’analyser les correspondances . Plus encore, Google lit les conversations avec les correspondants des utilisateurs de Gmail alors que ceux-ci n’ont  jamais été informés de cette surveillance. S’agissant de son activité traditionnelle — la publicité —, Google ne se cache pas de continuer à analyser les métadonnées des e-mails (qui parle avec qui, quand, à quelle fréquence) pour identifier plus précisément ses utilisateurs et leurs contacts. Cette analyse se retrouve également dans l’application maison de messageries instantanées, Allo : les messages sont par défaut enregistrés sur les serveurs de Google. Pire, les messages vocaux sont écoutés et transcrits par Google et l’utilisateur ne peut pas s’y opposer.

 Ces métadonnées, qui sont créées « par des machines, pour des machines », sont bien plus simples à analyser automatiquement que le contenu des e-mails (écrit par des humains, et donc soumis à la subtilité du langage) tout en pouvant révéler des informations au moins aussi intimes : savoir que vous écrivez subitement à un cancerologue peut révéler plus d’informations sur votre état de santé que le détail de ce que vous lui dites, par exemple. 
16 % du chiffre d’affaires de Google proviennent de ses activités d’entremetteur publicitaire, qui consiste à mettre en relation des annonceurs avec « plus de deux millions » de sites ou blogs tiers qui souhaitent se rémunérer par la publicité ciblée. Sur chacun de ces sites, c’est Google qui affiche techniquement chaque publicité, et cet affichage lui permet de déposer les cookies et autres pisteurs pour retracer la navigation de tout internaute (inscrit ou non à ses services).
De l’exacte même façon, Google nous piste sur les innombrables sites qui ont recours au service Google Analytics.

Voir tout le rapport

2020

Lilo, un moteur de recherche français & solidaire.

La mission de Lilo consiste à  permettre de financer gratuitement des projets solidaires grâce à nos recherches internet ;  sur Lilo vous avez la possibilité de financer gratuitement des projets de votre choix. Vous pouvez par exemple choisir de lutter contre la déforestation en Amazonie, d’aider à réaliser les rêves d’enfants malades ou encore de protéger les tortues de Mayotte du braconnage. …

Tous les projets présents sur Lilo ont un point commun : un impact social & environnemental fort. Plus de 2.8 millions d’euros ont déjà été reversés et ce n’est qu’un début ! Dernière précision : nous ne collectons ni ne revendons aucune de vos données personnelles. Promis.

Voir le site

2020