maj 2017

Depuis 2001, Loos-en-Gohelle a engagé son projet sur une approche systématiquement participative, sous l’impulsion de son maire, Jean-François Caron. La participation n’est pas entendue comme un supplément d’âme, mais comme le fondement de l’action, qui garantit l’accord, l’adhésion du plus grand nombre, l’ancrage dans la réalité, l’efficacité. Cette approche vise à construire une société ouverte, composée d’acteurs autonomes, responsables, et donc à créer une gouvernance agglomérante, gage aussi de lien social. La municipalité y consacre des moyens importants (un mi-temps de fonctionnaire en plus des porteurs des différents projets, ainsi que l’accompagnement par un cabinet spécialisé). Avec la participation des habitants, l’élu reste le décideur final, mais un décideur qui écoute, s’informe de la manière la plus large possible, essaie de comprendre, à construire la synthèse la plus élevée et, et met à profit l’expertise des citoyens pour construire un projet correspondant à leurs besoins réels. Un décideur qui cherche à faire adhérer, approfondit ses positions, développe son argumentation et explique ses convictions. Cette expérience montre que l’élu voit la qualité de son arbitrage politique renforcée, et non affaiblie par la participation citoyenne.

L’habitant se sent quant à lui reconnu comme un acteur à part entière de sa vie et de celle de la collectivité : il est aussi « producteur » de la ville. Sa participation au processus d’élaboration des projets lui permet en outre de prendre conscience des diverses opinions en présence (reflets des différents usages de la ville), de leur pertinence et de la nécessité de faire des compromis, ainsi que des contraintes techniques et administratives, des coûts engendrés par une décision et de leur répercussion, notamment, sur les impôts… Et de prendre sa part de responsabilité en imaginant d’éventuelles solutions alternatives.

Progressivement, les participants à ces différents dispositifs deviennent acteurs, se forment et deviennent autant de relais de terrain. Même si ce n’est pas le but recherché, c’est en commençant à s’intéresser à la vie citoyenne de cette manière que des personnes ont ensuite souhaité prendre des responsabilités et sont devenus élus municipaux ou présidents d’associations…Voici quelques réalisations exemplaires.

Le Forum local loossois : les habitants au cœur de la décision

La commune a mis en place une démarche de concertation devenue systématique, quel que soit le thème ou le projet traité (jeunesse, sécurité routière, Charte du Cadre de vie…). L’ensemble de la population est régulièrement invité soit à participer à l’élaboration des projets communaux (comités de pilotage), soit à s’exprimer sur ces derniers (réunions publiques, questionnaires). Le terme « forum local » rassemble les dispositifs de concertation-participation favorisant la participation des gens et la coproduction de la décision publique. Au cours du mandat précédent, environ 200 réunions publiques et de concertation ont été tenues, avec un objectif d’égalité d’accès des citoyens, y compris les plus démunis, à la discussion démocratique.

Le programme « Fifty-fifty »

Lorsque des actions relèvent des compétences des habitants, la Mairie met en place un principe de co-responsabilité : le fifty-fifty. Lorsqu’ un groupe d’habitants, une association, une école saisit la commune pour une action d’amélioration du cadre de vie (plantations d’arbres…). La commune soutient financièrement et techniquement le projet, mais la réalisation ou la gestion est effectuée par (ou avec) les demandeurs. Il s’agit de reconnaître le droit à l’initiative des associations ou des habitants, mais aussi de les responsabiliser et de leur rappeler que les crédits ne sont pas illimités. Ce système permet également de mettre en œuvre davantage de projets que ce que le budget municipal n’aurait pu supporter seul. Par exemple, pour le trail des terrils loossois, une course organisée par la commune qui réunit des centaines de participants, chaque association peut présenter un projet en mairie qui en financera une partie. En revanche, les bénévoles de l’association s’engagent à donner un coup de main sur la manifestation.

Un PLU participatif

LePlan Local d’Urbanisme (PLU) traduit l’engagement de la collectivité en faveur d’un développement urbain durable dans ses documents d’urbanisme, sur des thématiques telles que la mixité sociale et intergénérationnelle, la densité urbaine, l’écoconstruction, l’accessibilité… Il constitue l’un des outils de la définition de l’identité que les élus et la population souhaitent donner au territoire (dimension paysagère, vocation des espaces). Les habitants sont fortement associés au débat sur l’avenir de la ville via des ateliers participatifs. Les ateliers ont eu lieu en deux temps : par groupes (quartiers, jeunes, acteurs économiques et sociaux) puis tous ensemble avec les élus. Il s’agissait dans cette première phase d’apprendre à travailler ensemble et de sensibiliser les participants (une quarantaine) aux questions posées. Pour en savoir plus http://www.loos-en-gohelle.fr/vivre-a-loos/cadre-de-vie/urbanisme/projets-en-cours/plan-local-urbanisme/

Ecoquartier Ouest : les leviers d’une participation dynamique

Le quartier Ouest est le plus important projet loossois d’urbanisme. Il s’agit de créer un écoquartier englobant trois cités excentrées (5, Belgique et Bellevue) et une ancienne friche minière (35 hectares situés entre les cités). Une « gestion de proximité » par les habitants du quartier est mise en place depuis 2009. Un travail sur l’utilité sociale des associations a été engagé et un « diagnostic en marchant » réalisé en 2010 avec les habitants. Il a permis aux habitants de faire l’inventaire des forces et faiblesses du quartier et de se réapproprier le territoire. Ce travail avait aussi pour objectif d’affiner les thèmes des réunions de concertation et ateliers urbains organisés ensuite. Pour en savoir plus :  http://www.loos-en-gohelle.fr/vivre-a-loos/cadre-de-vie/urbanisme/projets-en-cours/quartier-ouest/

Etre acteur de la préservation de la biodiversité

Autre exemple de participation des habitants, avec des formules qui favorisent la convivialité, le plaisir d’apprendre et d’être ensemble : les actions en faveur de la biodiversité. Avec l’appui des associations environnementales, les Loossois sont sensibilisés, impliqués et formés à la qualité de leur environnement à plusieurs niveaux. Les sorties nature les sensibilisent à la richesse de la biodiversité, même en ville, et leur permettent de (re)découvrir en famille le territoire communal. Ces ateliers sont une occasion d’appropriation collective et intergénérationnelle (grands-parents, parents, enfants). Avec l’opération « Observer la nature à Loos-en-Gohelle », les habitants deviennent acteurs en participant au recensement d’oiseaux et de papillons. http://www.loos-en-gohelle.fr/vivre-a-loos/cadre-de-vie/environnement-biodiversite/

Voir site de  la mairie :  http://www.loos-en-gohelle.fr/loos-ville-pilote/participation-des-habitants/ (2017)

pour en savoir plus : http://www.lelabo-ess.org/Loos-en-Gohelle-l-exemple-francais.html (16 déc 2015)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.