Cultiver l'espoir, revenir aux sources et préparer l'avenir

On ne peut pas se désintéresser de la campagne présidentielle, car l’enjeu est ni plus ni moins que la remise en cause de la démocratie, une inaction climatique suicidaire et le démantèlement de l’État social. Mais le débat politique aborde peu ces questions. Il est aujourd’hui focalisé autour des thématiques de sécurité, d’immigration et de situation sanitaire, dans lesquelles s’enferme la majeure partie du corps politique, alors que la catastrophe sociale, écologique et démocratique est déjà là.

Cela se traduit par le découragement de beaucoup de citoyens, aggravé par la fragmentation des forces de gauche. Beaucoup sont désabusés ou révoltés. Certains se tournent vers l’extrême droite parce que c’est la seule expression de leur colère. Cependant, comme beaucoup d’autres, nous continuons à espérer un sursaut citoyen.

Au sein de notre collectif les options sont diverses et nous n’avons pas vocation à prendre parti pour tel ou tel candidat, même si beaucoup individuellement participent activement à la campagne et aux actions de terrain.

La situation actuelle constitue une aubaine par les classes dirigeantes qui s’enrichissent outrageusement et mettent en place une politique de « nudge ». Cette fabrication du consentement repose sur la multiplication de lois coercitives, une surveillance généralisée et une propagande conjuguant la peur et la persuasion. Le pays est géré comme une corporate entreprise. Beaucoup de gens ont du mal à voir jusqu’où va le cynisme des classes dirigeantes et se résignent à la gigantesque dépossession de soi et destruction du vivre ensemble que constituent ces méthodes.

Pour y répondre nous devons revenir aux sources retrouver le sens de  notre engagement et la part d’humanité présente en chacun de nous, goûter le bonheur d’agir ensemble, cultiver la fraternité, nous rencontrer, faire la fête.

Au niveau mondial, l’élection de Boric au Chili, montre qu’il est possible de se défaire du libéralisme en s’appuyant sur les mouvements sociaux et féministes et sur une dynamique populaire (ce qui manque en France). L’énorme succès sur Netflix de « Dont look up » (qui sur un mode humoristique fait une satire implacable de l’attitude du système face à la catastrophe climatique) est un motif d’encouragement pour la lutte écologique. Chez nous, les mobilisations sont massives face à la dégradation du pouvoir d’achat, l’incohérence des mesures sanitaires et l’explosion de la pauvreté (voir plus loin). 

On ne peut pas dire que ces événements soient massivement relayés par nos médias. C’est pourquoi nous essayons modestement de nous en faire l’écho dans la suite de cette lettre. Nous essayons aussi de rendre compte des milliers d’actions porteuses d’alternatives, c’est-à-dire de coopération, de solidarité, de reconstruction écologique, d’économie solidaire ou de démocratie.

Un réseau d’une centaine de groupes d’entraide et de résistance est en train de se constituer, suite à l’appel lancé en novembre. Les premiers contacts confirment que beaucoup de choses se font sur le terrain pour résister et construire. Si vous menez de telles actions, n’hésitez pas à nous rejoindre !

Toutes ces actions dans la durée dessinent une autre vision de notre avenir. A elles toutes, elles tracent les contours d’une alternative globale et constituent aussi le socle d’un renouveau et d’une dynamique politique. C’est aussi pourquoi elles sont indispensables, en même temps que les actions à court terme.

Adhérer/Soutenir le collectif

Aujourd’hui, nous avons besoin de l’adhésion ou du soutien de tous ceux et celles qui partagent cette aspiration à résister et construire dans ce contexte difficile. Aussi nous vous sollicitons pour adhérer à l’association en 2022.

Cette adhésion est d’abord un soutien symbolique et financier et un partage de la démarche, pour l’élargir et la renforcer.

Ce soutien financier est précieux, car cela nous permet d’être indépendants. Nous avons fonctionné jusqu’ici grâce à l’engagement bénévole de plusieurs dizaines d’entre nous. Mais ce fonctionnement touche aujourd’hui ses limites compte tenu du développement du réseau.

On peut adhérer individuellement ou collectivement au titre de son organisation :

– en cliquant sur le lien suivant : adhérer/soutenir le collectif. Les montants sont indicatifs. Chacun peut les adapter en fonction de l’état de ses finances.

– au moyen du bulletin d’adhésion/soutien à imprimer qu’on trouvera ci-joint, et à renvoyer accompagné d’un chèque

A lire dans cette lettre

Quelques groupes et actions d'entraide et de résistance

A la suite de l’appel lancé en novembre, nous avons repéré une centaine de groupes d’entraide et de résistance, avec une grande diversité de formes et d’actions. Nous en présentons ici quelques-unes, pour donner envie d’agir à tous ceux qui désirent construire le monde d’après.

Des écouteurs de rue à la Goutte d’Or

Tous les mois, les écouteurs de rue s’installent à l’angle de la rue Polonceau à Paris. Toutes les personnes qui le veulent ont la possibilité de se confier ou de demander conseil. C’est la possibilité pour chacun s’entretenir avec une personne bienveillante et exercée, sans jugement sur sa situation, en toute  confidentialité, et aborder des sujets qui sont de l’ordre de l’intime. Ce travail d’écoute contribue à donner conscience que s’occuper de soi, parler de soi, rentrer en relation et exister en face de l’autre est une dynamique positive et constructive.

L’écoute de rue est un véritable acte de résistance en montrant que la confiance et la bienveillance sont nécessaires à la vie, dans une période où la défiance, où l’absence de contacts et les logiques de guerre sont en système,

Le projet est porté par Accueil goutte d’Or et l’association GRANDIOSE, association de professionnels formés à l’écoute (psychologues, psycho praticiens, gestalt praticiens et thérapeutes, psychothérapeutes).

La Sauce 34 : quand les habitants s’auto-organisent pour bien vivre ensemble

La Sauce 34, asso loi 1901 née en 2013, crée des événements qui multiplient les occasions de partager des émotions, des rires, des découvertes, des admirations, des talents : une nouvelle façon de « bien vivre ensemble » entre tous les habitants de Saint-André-de-Sangonis et du Pays Cœur d’Hérault. Elle ne reçoit aucun soutien public.

Les multiples activités de La Sauce (ateliers pratiques de cuisine, zéro déchet, frugalité dans une optique de transition écologique, théâtre chez l’habitant, lecture, balades adaptées aux enfants, garderie solidaire,…) s’adressent à tous les publics, qu’ils soient ou non adhérents. Elles sont gratuites, organisées bénévolement par les adhérents, qui y investissent beaucoup de temps. Seules les activités « spectacles » sont payantes, pour rémunérer les artistes, avec une modulation des tarifs.

Voir ici le site

La Pêche à Montreuil, outil de transformation sociale, expérience d’économie humaine

La Pêche, monnaie locale née à Montreuil, a été créé en 2012 par l’association Montreuil en transition. Elle est utilisable par les citoyens, les associations, les institutions et collectivités, des entreprises, avec pour objectif d’encourager l’économie réelle et locale, de réduire notre empreinte écologique, de combattre la spéculation les paradis fiscaux. On trouvera sur le site de la Pêche des explications détaillées sur la façon dont ça marche, le circuit monétaire avec ou sans monnaies locales, des informations sur l’aventure démocratique que représente ce projet.

Plusieurs dizaines de monnaies locales et complémentaires citoyennes se développent aujourd’hui en France sur des bases similaires. Elles constituent des solutions alternatives au désordre global de la crise écologique, économique, politique et sanitaire. À travers des formes d’échanges reposant sur les choix démocratiques, les citoyens peuvent se réapproprient l’économie et la rendre plus humaine. 

Voir la carte interactive

A Laon, des femmes en situation de migration mettent des mots sur leur parcours

En 2020, la compagnie les Petits Gros mots de Laon (Aisne) a proposé des ateliers d’expression à un groupe de femmes en situation de migration, au CADA de Tergnier (Centre d’accueil des demandeurs d’asile). Mariées de force, trop jeunes, meurtries dans leur âme et leurs chairs par les conflits armés et une vision archaïque de la femme, celles-ci avaient dû fuir leur pays sans se retourner.

Ces ateliers libèrent leur parole pour exprimer toute une culture silencieuse, autour de l’exil, de la migration, des violences physiques, sexuelles et économiques et de leur soif de développer leur créativité et leurs compétences. Joséphine, Sandrine, Joséphine, Aïcha, Tatara, Hana ont pu aussi, avec l’espoir de jours meilleurs, se reconstruire par le texte et par le dialogue avec Sophie, qui anime ce travail.

Un ouvrage « Renaître de ses cendres, Récits de Femmes » est né en janvier 2022 de cette action, qui interroge chacun. Il pose la question savoir comment mieux vivre, tous ensemble, les pratiques culturelles et langagières auprès des publics allophones, dits « éloignés » et « fragiles ».

Vous pouvez commander ce livre en envoyant un courrier  à la Cave à musique – 6, place Carnegie, 02700 Tergnier – avec un chèque de 14 euros (10 € +4 € de port) à l’ordre de « Petits Gros Mots ».

Terre d’humanité-un chœur pour Mimmo, un livre de combat

Mimmo Lucano, c’est l’ancien maire de Riace, un village en calabre, condamné à 13 ans de prison pour délit de solidarité. Dans quelques semaines paraitra un livre de solidarité et de combat, de 40 auteurs et 20 graphistes, avec une préface d’Edwy Plenel, tous réunis dans Terre d’humanité-un chœur pour Mimmo, Éditions le Merle Moqueur/Manifeste en partenariat avec Mediapart et des collectifs Liberté pour Mimmo et Formes des Luttes.

Pour souscrire c’est ici (10 euros)

Suivez l’actualité du combat pour Mimmo

Victoires et bonnes nouvelles

La France n’est pas seule dans le monde. Les bonnes nouvelles viennent parfois de l’étranger ou de l’Europe. La plupart des victoires sont acquises grâce à l’arme juridique, qui témoigne de la persistance d’un état de droit même si celui-ci est de plus en plus remis en cause par un post-libéralisme qui semble ne plus avoir besoin de la démocratie.

 Au Chili, le symbole fort d’un gouvernement jeune,  féministe et engagé

L’élection de Gabriel Boric, du Frente Amplio, à la tête du Chili, face à l’extrême-droite, est un symbole fort car cette victoire est due à la mobilisation de l’électorat populaire. Le gouvernement de Boric est jeune, féministe et engagé. Sur les 24 postes, 14 ont été confiés à des femmes. Parmi elles, Maisa Rojas, climatologue de 49 ans et coautrice du dernier rapport du Giec, au ministère de l’Environnement. La chirurgienne Izkia Jasvin Siches Pastén, personnalité très écoutée durant la pandémie de Covid-19, devient ministre de l’Intérieur. Le ministère de la Défense a été confié à une autre scientifique, Maya Fernández Allende, 50 ans, petite-fille de Salvador Allende. Le plus difficile commence, car le nouveau président devra tout de même composer avec des alliances au Parlement, mais son projet, pour la justice sociale concorde avec les aspirations de la rue.  

En photo : Maya Fernández Allende

Succès d’une Initiative citoyenne européenne (ICE) contre le commerce des ailerons de requin

Plus d’un million de citoyens de toute l’Europe se sont mobilisés pour exiger la fin du commerce des ailerons de requins au sein de l’UE, à l’initiative de l’ONG Sea Sheperd et d’autres associations de protection de la nature et de l’océan. L’opération baptisée Stop-Finning est une Initiative Citoyenne Européenne. Son succès oblige la Commission européenne à examiner la question. Le trajet est encore long, mais l’ICE peut déboucher sur une proposition votée au Parlement, qui aura force de loi.

Voir le site Stop Finning Stop the Trade

Toute la difficulté des ICE réside dans la collecte des signatures : le million à atteindre doit provenir d’au moins sept pays et avoir dépassé le seuil attribué à chacun. Des citoyens des 27 pays de l’UE ont signé pour Stop-Finning. Le seuil a été largement atteint dans 11 pays, avec des records pour l’Allemagne (471 150 signataires sur 72 096) et la France (292 610 pour 55 574). Ce succès de Stop Finning est d’autant plus remarquable que pour l’heure seulement 6 initiatives citoyennes européennes sur 86 ont abouti.

Consulter les règles et les ICE en cours

Les consommateurs mieux protégés des pratiques bancaires

Le Conseil d’Etat vient de donner tort à la Fédération bancaire française engagée depuis quatre ans dans un combat avec le gendarme bancaire (ACPR). Une décision signifie que la loi de la jungle va un peu moins s’appliquer car l’autorité de contrôle des banques va pouvoir davantage contrôler les produits bancaires de détail. Cet arrêt peut avoir des répercussions considérables sur la protection du consommateur et sur les pratiques commerciales des banques, dans la conception et la diffusion de leurs produits. Donc une bonne nouvelle.

Voir ici le texte complet du Conseil d’Etat

Lire  ici pour en savoir plus

A Mende, Moussa en voie de régularisation grâce à une large mobilisation

Moussa Tambadou, jeune Malien de 18 ans, vit depuis 4 ans en France. En 2020, il est rentré en contrat d’apprentissage à la blanchisserie Le Lavoir des Causses à Mende, et son patron Brice Saint-Pierre lui a signé une promesse de CDI. Mais il est sous la menace d’une Obligation de quitter le territoire français (OQTF), qui a brutalement été réactivée le 28 décembre.

Brice Saint-Pierre, son employeur a entamé le 10 janvier une grève de la faim afin de générer un électrochoc autour de la situation de son apprenti.

Pour s’opposer à son expulsion, des centaines de personnes se sont rassemblées samedi 15 janvier à Mende sur la place Urbain-V à l’appel de RESF48 et de nombreuses organisations. Une délégation a été reçue par la préfète du département. Celle-ci a laissé entendre qu’elle pourrait prendre une décision de régularisation si elle recevait la pièce administrative manquante à son dossier. Un bel exemple d’humanité.

La page Facebook de soutien

Saint-Senier-de-Beuvron, le village qui fait plier le milliardaire Elon Musk et son projet Starlink

C’est un peu l’histoire de David contre Goliath ! Après plus d’un an de bataille, les élus et les 368 habitants du village de Saint-Senier-de-Beuvron, dans la Manche, ont réussi à empêcher l’installation d’antennes satellites voulues par le géant américain Space X d’Elon Musk. L’entreprise d’Elon Musk renonce et s’en va discrètement, sur la pointe des pieds, sans même prévenir les principaux intéressés.

Lire l’article de France 3

Luttes / Solidarités / Actions

Malgré la double chape de plomb de la campagne électorale et de la situation sanitaire, les manifestations se multiplient en ce début d’année. Elles montrent que les questions sociales, de pouvoir d’achat et du mal-vivre figurent parmi les premières préoccupations, à contresens du matraquage médiatique autour des restrictions sanitaires et d’un certain candidat.

Des dizaines de milliers de manifestants expriment un ras-le-bol général

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont défilé jeudi 27 janvier à Paris et dans 170 villes: travailleurs des services publics, enseignants, soignants, lycéens, retraités, pour le pouvoir d’achat et le pouvoir de vivre et l’égalité des salaires hommes-femmes. Les travailleurs sans-papiers étaient présents en nombre pour réclamer des salaires décents et leur régularisation.

En même temps, c’est la volonté d’avoir un travail qui a du sens qui s’exprimait : « Nos gouvernements savent qu’on fait ce travail [d’enseignants] par vocation et ils en profitent ». Même son de cloche chez les soignants.

C’est un ras-le-bol général qui s’est exprimé. Alors que l’inflation atteint 2,8 %, les augmentations des salaires proposés sont 2 à 3 fois moindres. Cela se conjugue avec la poursuite de l’étranglement des services publics, qu’il s’agisse des fermetures de lits dans les hôpitaux, de classes ou de bureaux de poste dans les zones rurales et les quartiers. S’y ajoutent les ravages de gestion sanitaire erratique dans les établissements d’enseignement et d’une technocratie par les nombres, aveugle et sourde à la souffrance sociale et psychique mais très réceptive aux recommandations du MEDEF.

Nouvelle journée nationale de grève des travailleurs sociaux

La France compte 1,2 million de travailleurs sociaux travaillant auprès des personnes âgées, de personnes handicapées, d’enfants ou comme aides ménagères. Premiers de corvée, ils sont indispensables à la société mais ils sont aussi « jetables » et corvéables à merci.

Ils étaient 55 000 dans la rue le 1er décembre pour manifester leur ras-le-bol et leur colère. Suite à cette journée, des collectifs et commissions de mobilisation se sont mis en place au niveau national et dans les régions. Ils ont appelé à une nouvelle journée nationale de grève et de manifestations le 1er février.

La liste des revendications pour répondre à la dégradation du secteur : rattrapage général de 300 € des salaires, maintien et l’amélioration des conventions collectives, fin des contrats précaires, conditions de formation digne, accès universel aux droits fondamentaux pour les publics accueillis, fin de la marchandisation du travail social pour un grand service public de l’action sociale et médico-sociale.

Voir ici pour en savoir plus

Manifeste pour une meilleure inclusion bancaire des territoires

Ce Manifeste, dépasse l’approche classique (inclusion bancaire des personnes) pour l’étendre à l’inclusion bancaire des territoires. En effet, les réseaux bancaires et la Poste envisagent de fermer dans les années qui viennent plusieurs milliers d’agences bancaires (ainsi que des distributeurs automatiques de billets), alors que le service bancaire fait partie de la gamme des services indispensables à un bassin de vie. Co-signé par 50 associations, syndicats et partis, il contient plusieurs dizaines de propositions directement opérationnelles en faveur de l’inclusion bancaire des territoires et des populations.

Voir l’appel sur le site de Convergence Services publics

Comprendre et s'informer

Rapport d’Oxfam sur les inégalités mondiales : un nouveau milliardaire toutes les 26 heures

Depuis la pandémie, le monde compte un nouveau milliardaire toutes les 26 heures, alors que 160 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté. 236 milliards supplémentaires ont été engrangés en 19 mois par les milliardaires français. En France, les 5 premières fortunes de France – (Bernard Arnault, Françoise-Meyers Bettencourt, François Pinault les frères Wertheimer) ont doublé, augmentant de 173 milliards d’euros en 19 mois. Ces 5 milliardaires français possèdent désormais autant que les 40% des Français les plus précaires.

Dans le même temps, la crise a provoqué une intensification de la pauvreté7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire pour vivre, soit 10% de la population française, et 4 millions de personnes supplémentaires sont en situation de vulnérabilité à cause de la crise  (et des politiques destructrices de justice sociale (stagnation du SMIC, réforme de l’assurance chômage).

Si la fortune des milliardaires a autant augmenté, c’est grâce à l’argent public versé sans condition par les gouvernements et les banques centrales, dont ils ont pu profiter grâce à une montée en flèche du cours des actions. C‘est aussi le résultat de la politique menée depuis 40 ans au service des 1%  (dérégulation du marché du travail et  fiscalité)

Lire le rapport d’Oxfam 

Grèves mondiales et « soviets écolos » : vers un « communisme du vivant » ?

Alors que l’humanité a basculé dans l’ère des catastrophes globales, le philosophe Paul Guillibert vient de publier Terre et capital (Amsterdam, 2021).

S’appuyant sur une lecture conjointe du marxisme et des humanités environnementales, Paul Guillibert défend une philosophie sociale de la nature pour démontrer que la préservation de la biosphère est devenue.  Il rappelle que notre survie écologique exige d’en finir avec l’appropriation et l’exploitation de la nature, comme du travail humain. C’est aussi une condition nécessaire à l’émancipation.

Il nous invite à mieux faire pression sur les gouvernements, mais aussi à se réapproprier des moyens de subsistance autonomes en renouvelant les méthodes d’action, depuis des grèves internationales ciblées contre les industries extractives, jusqu’à des « soviets écologistes » permettant d’expérimenter un nouveau rapport au vivant sous toutes ses formes. « Le communisme doit devenir écologiste », « l’écologie politique ne pourra devenir révolutionnaire qu’à condition de devenir communiste », écrit Paul Guillibert dans son livre.

Vie du réseau

Forum du bien vivre 2022

Grenoble accueillera la seconde édition du Forum International pour le Bien Vivre du 29 juin au 1er juillet 2022 Il s’agira de traduire en actes et en indicateurs le bien-vivre, lutter contre les inégalités et construire un « plancher social »,  répondre au défi du changement de modèle pour réduire notre empreinte et préserver les limites planétaires, relever le défi politique et démocratique et élargir la communauté des acteurs et actrices de ce changement. La première édition, en 2018, avait rassemblé 1000 participants de 25 pays pendant 3 jours.

La date limite de réception des contributions est le 15 février 2022. Elles alimenteront les ateliers et viendront compléter les table-rondes et plénières. Au cœur de ce Forum, l’ambition forte de croiser les acteurs, les savoirs et les expériences à relever ensemble !

Voir ici la présentation et l’appel à participation

 A la Goutte d’Or, atelier philo tous les jeudis pour les enfants

Tous les jeudis, de 17h à 18h, l’association Home Sweet Mômes organise un atelier philosophique pour les enfants au sein de l’Institut des cultures d’Islam, en plein cœur du quartier de la Goutte d’Or. On commence par un temps de relaxation. Ensuite, on attaque la discussion, qui dure environ une demi-heure, souvent à partir d’un fait concret. On peut démarrer une discussion sur l’amitié et la trahison par un vol de trousse. Avec la régularité du groupe des enfants rebondissent sur des thèmes abordés lors des séances passées. Après le débat, on termine par un temps d’expression artistique, durant lequel les enfants continuent en général d’échanger entre eux.

Voir ici le reportage

Ceci est un message pour « Annie »

Tu nous as laissé un message sur le site : « J’ai travaillé dans le secteur réglementaire, une certaine disponibilité puisque je suis retraité. Je vous propose de vous aider dans le cadre d’un suivi de secrétariat ou échange d’informations, ou autre ». Merci beaucoup Annie, cela nous intéresse grandement, car nous avons un grand besoin de nous renforcer pour assurer tous les liens avec ceux et celles qui nous écrivent, constituer des groupes d’entraide locaux, demandes d’information.

Mais tu n’as pas laissé tes coordonnées, et nous n’avons aucun moyen de te joindre ! Merci de reprendre contact avec nous.

Merci aussi à tous nos lecteurs et lectrices qui seraient disponibles pour participer à l’animation du réseau de nous contacter.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp