Les services publics non pas pour objectifs la maximisation des profits mais la satisfaction des besoins des usagers, l’aménagement équilibré du territoire, l’accès effectif aux droits. Ils doivent permettre sans discriminations l’accès et l’exercice effectif des droits. Ils sont également vecteurs de développement économique et social. Cependant les services publics sont depuis 30 ans progressivement privatisés, démantelés. Le résultat est la désertification de zones entières de notre pays et la paupérisation de pans entiers de notre population. De multiples expériences porteuses d’une alternative à cette logique financière se développent sur le terrain dans de multiples domaines, haut débit, transports, logement, nourriture, protection de l’écosystème… Elles préfigurent ce qu’il est possible de faire, et qu’il sera nécessaire de généraliser par la loi, pour construire une société solidaire, soutenable et émancipatrice.

Les transports publics gratuits plébiscités à Dunkerque et dans 53 villes

Ecologique et sociale, la gratuité des transports publics est effective dans 53 villes et agglomérations françaises. Voir ici la carte et le site transports gratuits

A Dunkerque, le transport en bus est gratuit depuis septembre 2018 dans toute la communauté d’agglomération (200 000 habitants). Les conséquences sont spectaculaires. La fréquentation explose, le pouvoir d’achat des revenus modestes et en hausse, la mobilité a augmenté d’un tiers. « En termes de lien social, de lutte contre l’exclusion et contre l’isolement des personnes âgées, la mesure a été très forte » souligne le maire de Dunkerque.

En un an, la fréquentation a bondi de 65 % en semaine et 125 % le week-end. La moitié des usagers ont abandonné la voiture, notamment des retraités ou des cadres. La pollution de  l’air a fortement diminué. La surface dédiée aux voitures peut être réduite. Il n’y a plus de suspicion de fraude, les gens se disent plus volontiers bonjour. Voir ici l’article du Parisien

Ces multiples expériences montrent qu’il est possible de développer une culture de la gratuité, porteuses d’émancipation sociale et de dons, qui se situe à l’opposé de la fausse gratuité des journaux « gratuits » et qui rejoignent l’grande gratuité sociale que sont l’école publique et l’assurance-maladie. Pour en savoir plus « De la gratuité » un livre gratuit en ligne de Jean-Louis Sagot-Duvauroux