Des centres de santé communautaires pour donner accès à tous à une santé globale (porteuse de bien-être) : l’ex. de la place santé à St Denis)

La Place santé, animée par l’association communautaire santé bien être (ACSBE), allie une offre de soins, une démarche de promotion de la santé et de travail de médiation en santé avec les habitants du quartier des Francs-Moisins/Bel Air à Saint-Denis. C’est actuellement devenu un véritable centre de santé qui regroupe des consultations médicales, des ateliers d’éducation la santé animés par des médiatrices santé et quelquefois par des médecins et propose de nombreuses activités aux habitants (bien-être ensemble pour les femmes, estime de soi, ateliers cuisine, ateliers de formation aux démarches administratives, ateliers thérapeutiques,…). Le Comité habitants usagers citoyens est très impliqué dans le développement des projets. Voir  le site de la Place Santé

93200  SAINT DENIS ; n°100 ; 2018

La case de Santé à Toulouse,  où le médecin est à la fois fois soignant, éducateur, acteur des luttes sociales pour l’égalité…

En 2016, la Case de santé à Toulouse, centre de santé communautaire, à fêté ses 10 ans d’existence. Un parcours semé d’embûches pour ces pionniers qui rêvent d’une société où le médecin est à la fois fois soignant, éducateur, acteur des luttes sociales pour l’égalité et contre les discriminations. La case de santé a failli fermer ses portes en 2014 du fait des coupes budgétaires, mais elle a finalement survécu. Le projet de la Case de santé repose sur un principe simple : la santé n’est pas uniquement l’absence de maladie. La santé doit être vue comme globale. De nombreuses études montrent le lien entre l’apparition des maladies et la dégradation des conditions de vie:cancers,diabète, obésité,stress…En pratique, l’activité de la Case de santé se divise en quatre pôles, complémentaires et indissociables : soins primaires (médecins et infirmiers), accueil et accès aux soins (travailleurs sociaux en première ligne), prévention sociale et médicale (infirmière et travailleurs sociaux), promotion de la santé : car les inégalités sociales tuent plus que les maladies ! La promotion de la santé, définie par la Charte d’Ottawa de 1986, est l’outil qui se donne pour but de travailler sur les inégalités sociales de santé, notamment par la mobilisation collective des populations. La composition de l’équipe reflète la diversité des tâches : quatre médecins généralistes, un psychologue, quatre assistantes de service social, trois médiateurs/médiatrices de santé, un gestionnaire administratif et un agent d’entretien. Une équipe qui ne compte pas ses heures pour soigner les plus démunis. Voir le site de  la case santé

31000 TOULOUSE ; N°200 ; 2017

Des groupes de discussion « Choisis ta santé »

Au sein de l’Écume du jour, bistrot associatif multifonctions, un groupe de discussion « Choisis ta santé » se réunit chaque mois depuis 2000 avec une dizaine de personnes, autour d’un repas, et réfléchit à la manière de se soigner de manière plus responsable, d’aller chercher un maximum d’informations sur notre corps, ses dysfonctionnements et ses maladies pour mieux le comprendre afin de devenir acteur dans un art de vivre. Ainsi des thèmes de santé sont choisis collectivement. Le collectif repère les soucis, les interrogations et/ou les tracas des habitants pour ensuite organiser des rencontres avec des personnes ressources, des rencontres à thème avec des professionnels et/ou des passionnés autour des questions de santé. Les participants essayent de construire ensemble une démarche de santé communautaire. Un point « Info santé » met à disposition des brochures, infos locales, contacte de structures partenaires, vidéos. L’objectif est d’inciter chacun à devenir acteur responsable de sa santé « Plus une personne prend en main sa santé, plus elle apprend à se connaître, à écouter son corps et ses manques. Les médecins ne sont pas les seuls détenteurs de savoirs, ils ont des partenaires et chacun peut trouver des solutions pour se soigner » disent les membres du collectif. Voir la page sur le site de l’Ecume du jour

60000 BEAUVAIS ; n°109 ; 2017

Organiser  une veille territoriale pour prévenir les situations de mal-être

La communauté de communes de l’Ernée, en Mayenne, constatant un taux de suicide élevé, a mobilisé l’ensemble des citoyens de son territoire pour prévenir les situations de mal-être. Des bénévoles en réseau, répartis dans chaque commune, repèrent les personnes en difficulté et leur apportent une aide avec l’appui de professionnels de la santé et du social. Lire  l’article 

53500  ERNEE ; n°62 ; 2010 

Développer la confiance et l’écoute autour de la naissance

Depuis 2001, CALIN, Centre Associatif Lorrain pour l’Innovation autour de la naissance , informe, conseille et soutient les futurs parents. C’est dans cette période d’hypersensibilité qu’est la grossesse que la femme a besoin d’être en accord avec son corps et sa tête, d’être confiante en ses capacités à faire naître. Aussi, à travers des réunions de parents mensuelles, moments de partage, d’échange autour de la grossesse, de l’accouchement, de l’allaitement et du parentage, CALIN propose un soutien et une information objective basée sur l’expérience des parents et des intervenants bénévoles. CALIN c’est aussi le soutien à la création de Maisons de Naissance. Une Maison de naissance est un lieu d’accueil des femmes enceintes et de leur famille quand la grossesse et l’accouchement se situent dans le cadre de la physiologie. C est une structure autonome, située en dehors des établissements hospitaliers, mais qui travaille en réseau avec l’ensemble du système et des praticiens de santé. C’est un lieu convivial qui respecte la liberté et le besoin d’intimité des parents. Lire la suite

54000 NANCY; n°18; 2014