Positions des mouvements partenaires pour changer de cap

Nous restituons ici les positions, propositions ou revendications formulées par un certain nombre de mouvements citoyens, à l’occasion du grand débat ou antérieurement, qui chacune aborde la question d’un changement de logique et de système sous un angle différent. Ces positions sont reprises dans la synthèse des propositions, en les comparant aux revendications de Commercy.

Les amis de la Terre : manifeste  pour des sociétés soutenables

La fédération des Amis de la Terre France est une association de protection de l’Homme et de l’environnement, indépendante de tout pouvoir économique, politique et religieux. Créée en 1970, elle forme un réseau d’une trentaine de groupes locaux et de groupes associés autonomes . Les Amis de la Terre militent pour une transition vers des sociétés soutenables, au Nord comme au Sud. Ce manifeste constitue le socle du champ d’action des Amis de la Terre : c’est sur cette base solide que l’association mène ses campagnes et mobilisations en faveur de la justice sociale et environnementale !

Les Amis de la Terre désignent sans concessions les adversaires auxquels il convient de s’opposer. Ils proposent des alternatives au système capitaliste, au dogme de la croissance ainsi qu’au technoscientisme et appellent ceux qui partagent leurs idées à les accompagner dans leurs plaidoyers et leurs combats.

Pour Amis de la Terre, la convergence des crises écologiques et sociales nécessite d’engager une transition vers des sociétés soutenables, qui articule la satisfaction des besoins fondamentaux et la préservation des écosystèmes. Ces sociétés, fondées sur la sobriété et sur l’équité, sont aussi celles de la dignité humaine et de l’accomplissement de soi. La vraie richesse de l’être humain réside dans sa dimension sociale et spirituelle plutôt que dans l’accumulation de biens. Dans cette perspective, les amis de la Terre, en s’appuyant sur le concept d’espace écologique, propose des alternatives : relocalisations, renouvellement de la démocratie, de l’entreprise et de l’économie, et soutiennent les multiples initiatives qui préfigurent les sociétés soutenables

Lire et télécharger le manifeste pour des sociétés soutenables

ATTAC : Agir pour la justice sociale et écologique

Le 15 janvier 2019,  ATTAC a publié 14 mesures pour la justice sociale et 12 mesures pour amorcer une véritable transition écologique. En effet, la justice n’est pas seulement un palliatif ou une réparation : elle est une voie pour reconstruire la solidarité entre les humains et avec la nature.

Elle n’est pas seulement un objectif à atteindre, elle est au cœur de nos luttes présentes et des alternatives que nous mettons en œuvre, elle est la condition pour le franchissement de paliers significatifs engageant une rupture. La justice sociale ne peut se concevoir sans la justice environnementale et vice versa. La justice sociale a été pensée dans le capitalisme avec la croissance ; la penser désormais sans croissance, est un défi écologique et politique.

Voir ici les mesures proposées.

Première assemblé des assemblées de Commercy : appel et revendications

À Commercy, le 27 janvier 2019, 75 délégations des Gilets jaunes de toute la France ont adopté un Appel mettant en avant la revendication du partage des richesses. L’assemblée ambitionne de donner un cadre au mouvement, tout en respectant scrupuleusement son exigence démocratique. « Nous, Gilets Jaunes des ronds-points, des parkings, des places, des assemblées, des manifs, nous sommes réunis ces 26 et 27 janvier 2019 en « Assemblée des assemblées », réunissant une centaine de délégations, répondant à l’appel des Gilets Jaunes de Commercy. Depuis le 17 novembre, du plus petit village, du monde rural à la plus grande ville, nous nous sommes soulevés contre cette société profondément violente, injuste et insupportable. Nous ne nous laisserons plus faire ! Nous nous révoltons contre la vie chère, la précarité et la misère. Nous voulons, pour nos proches, nos familles et nos enfants, vivre dans la dignité. 26 milliardaires possèdent autant que la moitié de l’humanité, c’est inacceptable.Partageons la richesse et pas la misère ! Finissons-en avec les inégalités sociales ! Nous exigeons l’augmentation immédiate des salaires, des minimas sociaux, des allocations et des pensions, le droit inconditionnel au logement et à la santé, à l’éducation, des services publics gratuits et pour tous » Lire la suite et voir  la vidéo de l’appel

Une synthèse des revendications de chacun des groupes locaux a été produite. Voir ici la synthèse de ces revendications .

Celles ci sont fortement convergentes avec les positions des mouvements citoyens, comme le montre la synthèse des propositions nécessaires pour Changer de cap ​réalisée par le Collectif « Changer de cap »

Convergence des services publics : manifeste pour un service public du XXIe siècle

La Convergence est née en 2005 de la volonté des collectifs de défense et de développement des services publics de s’unir pour mobiliser l’ensemble des forces susceptibles de porter une véritable alternative aux politiques de démantèlement et de privatisation des services publics. L’année précédente l’Etat devenait minoritaire à France Télécom, EDF était transformée en SA, des fermetures multiples ont lieu (rail, santé, trésoreries, …), le TCE est élaboré …

Le 23 octobre 2004, 263 élus de la Creuse démissionnent pour s’opposer à la fermeture des trésoreries. Ainsi la manifestation fondatrice sous la neige à Guéret unifia dès le départ élus, usagers et personnels, d’une part, organisations syndicales, associatives et politiques d’autre part, pour combattre au niveau local, national et européen. Ce double triptyque a permis de sauver nombre de services publics de proximité. La difficulté de cette double articulation au niveau national explique en grande partie la réussite ou non de nos manifestations et rassemblements à ce niveau.

Aujourd’hui la convergence rassemble également des collectifs et coordinations sectoriels comme la coordination nationale des hôpitaux et maternités de proximité, la Convergence Nationale Rail et de la Coordination Eau Bien Commun… et bientôt le Collectif national Poste.

En 2015, la Convergence a adopté un manifeste pour un service public du XXIe siècle qui propose de reconquérir le service public, en faisant du commun dans la perspective d’une société solidaire, et plaide, déjà, pour un renouveau et un élargissement de la démocratie. Ce manifeste fait 12 propositions majeures qui gardent aujourd’hui toute leur actualité.

On peut télécharger cene manifeste sur https://www.convergence-sp.fr/manifeste/

MNCP : propositions et revendications en matière de revenus

En 1981 Maurice Pagat, cadre au chômage, lance un appel pour la création d’un syndicat de chômeurs, jugeant qu’il était « urgent et indispensable d’inviter les chômeurs à refuser la solitude, à résister, à se défendre, à s’organiser et à prendre enfin la parole ». Il invitait alors le gouvernement de l’époque à prendre des mesures d’urgence : instauration d’un revenu minimum, un minimum vieillesse et un accès à la formation professionnelle. De très nombreuses actions ont été menées par le Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), qui fédère aussi des maisons des chômeurs dans de nombreux départements (voir ici la carte pour prendre contact).

En janvier 2019, le MNCP à formuler des propositions et revendications en matière de revenus, comportant en particulier une analyse critique du projet de revenu universel et parlant de son articulation avec l’emploi salarié. Voir ici les propositions du MNCP

Les jours heureux : un nouveau programme de résistance pour notre siècle

En 2016,  l’association #LesJoursHeureux a sucité la création d’une quarantaine de groupes citoyens, pour élaborer un nouveau programme de résistance pour notre siècle, s’inspirant de celui du Conseil National de la Résistance. Chaque groupe a produit un court document en 3 parties : constat, cap à prendre, actions immédiates. L’ensemble constitue un véritable programme de rupture avec la toute-puissance de la finance, de l’intérêt et du calcul, dans un contexte de brusque accélération des menaces écologiques, de la démesure d’une économie survoltée par de nouvelles technologies et par la mondialisation.

Voir ici le plan du livre et les liens vers les différents chapitres :

la vie publique (démocratie, institutions, Europe, médias, corruption, citoyenneté)

le bien-être (alimentation, agriculture, à gros écologiques, santé, méditation, pêche, herboristerie)

les valeurs (travail, revenus, protection sociale, libre-échange, finance)

les savoirs (éducation, culture, recherche participative, éthique, sciences, indicateurs de bien-être)

les modes de vie (énergie, territoires, éco-conception, logement, santé environnementale)

les droits et devoirs (égalité, justice, environnement, paix, migration, désarmement, écocide)

Plate-forme revendicative de la confédération syndicale des familles

La Confédération syndicale des familles, créée en 1946, est issue du regroupement des associations familiales ouvrières nées à l’issue de la seconde guerre mondiale. Elle assure la défense des intérêts matériels et moraux des familles, quelle que soit leur situation juridique ou sociale et leur nationalité, notamment en tant qu’usagers, consommateurs, parentss d’élèves et retraités. Elle affirme la nécessité de changer la société, c’est-à-dire changer les règles du jeu et réguler de nouveau le capitalisme sauvage. Elle lutte pour que le social, l’éducation, la formation et la culture ne soient pas des sous-produits de l’économie et de l’argent. Elle entend également agir pour que la protection d’environnement mondial dans chaque pays, pour des institutions internationales renforcées et pour que le développement du tiers-monde soit sérieusement pris en compte.

À l’occasion du grand débat, la CSF a publié en janvier 2019 une plate-forme revendicative qui aborde les principaux problèmes rencontrés par les familles populaires :

– accès au droits, préalable pour la justice sociale

– éducation et parentalité  (gratuité de l’école, réforme des filières techniques et professionnelles, orientation des jeunes),

– habitat et cadre de vie (financement du logement social et réaffirmation de sa vocation universelle, aménagement urbain),

– santé pour tous(suppression des franchises médicales, lutte contre les déserts médicaux, AME, santé environnementale)

– reconnaissance et valorisation du modèle associatif

On peut télécharger ce document très argumenté avec le lien suivant https://lacsf42.org/wp-content/uploads/2019/01/Plateforme-revendicative-grand-debat.pdf

Alternatiba et ANV-COP21

Alternatiba et Action Non-Violente COP21 (ANV-COP21) sont des mouvements citoyens pour le climat et la justice sociale. Ils se sont fondés sur deux constats. D’une part le réchauffement climatique s’accélère, touche les populations les plus pauvres de la planète et menace à moyen terme les conditions de vie civilisées sur Terre. D’autre part, des alternatives au mode de vie actuel, insoutenable pour la planète, existent et sont à portée de mains. C’est donc maintenant qu’il faut agir pour nous éviter d’atteindre des seuils d’emballement climatique inarrêtables.

Ce mouvement réunit des milliers de citoyens et citoyennes engagés face à l’urgence climatique, et marche sur deux jambes : la construction à travers la promotion et la mise en place d’alternatives concrètes avec Alternatiba, pour changer le système, pas le climat !, et la résistance à travers la non-coopération et l’action non-violente avec ANV-COP21 afin de contribuer à la formation d’un mouvement de désobéissance civile de masse, non-violent, déterminé, radical et populaire pour la justice climatique. Dans de nombreux territoires, des collectifs Alternatiba organisent des Villages des alternatives et des Tours à vélo pour montrer des solutions et résistances au changement climatique, et ce dans différents domaines (énergie, agriculture, emploi, transport, etc.). ANV-COP21 organise des actions non-violentes pour s’opposer aux projets climaticides comme le blocage du sommet pétrolier MCEDD à Pau en avril 2016 et la campagne des Faucheurs de Chaises.

Contact

Pauline Boyer / Alternatiba Non-Violence COP 21 Fondation MRA, 20 rue des Cordeliers, 64100 Bayonne 06 43 83 05 09 pauliboyer@gmail.com  https://alternatiba.eu

Union des Mutuelles du Vaucluse, pour une reconstruction de la Sécurité Sociale

Alors que l’instauration de la Sécurité sociale en 1945 a représenté une étape décisive dans la conquête de la sécurité pour tous, les réformes annoncées signifient sa transformation au service de la finance et au détriment des travailleurs. Cette possibilité a été préparée par des confusions et des abandons auxquels bien peu de Mutualités ouvrières ont pu résister. La reconquête d’une sécurité sociale pour tous est un élément majeur du changement de système, indissociable d’une meilleure répartition des richesses, d’une véritable politique écologique, du retour de la démocratie. Les acquis des Mutualités ouvrières sont essentielles pour y contribuer, notamment en matière de santé, de prévention, d’organisation sanitaire, de soins à domicile seront précieux pour cette reconstruction. Lire la suite