Lettre n°8   30 novembre  2019

Appel du Collectif « Changer de cap »

Tous participer au mouvement qui commence le 5 décembre

Nous avons plusieurs raisons de nous réjouir de la mobilisation et des grèves du 5 décembre, de leurs suites.

La réforme des retraites envisagée par Emmanuel Macron suscite une immense mobilisation, car elle constitue une attaque frontale sans précédent contre la solidarité intergénérationnelle entre les salariés, au profit des actionnaires et des spéculateurs. Résultats : la retraite plus tard et des pensions plus faibles pour chacun et chacune, l’insécurité pour tous.tes. Avec la force de la protestation qui naît dans le pays, la réforme des retraites peut être mise en échec. Mieux encore, une victoire peut donner de la force à ceux qui veulent dégager ce gouvernement et construire une société solidaire, appuyée sur l’intérêt général.

Notre seconde raison, c’est que dans cette lutte, des forces qui se parlaient peu se rencontrent et dialoguent, en particulier les syndicats, les Gilets jaunes, les associations citoyennes, les marcheurs pour le climat et la biodiversité, et ceux qui agissent dans des secteurs divers, transports, hopitaux, étudiants, services publics, éducation, chimie, …  privés et publics.

Cette convergence est nourrie par les liens noués sur les territoires, les expériences locales de riposte commune et d’auto-organisation. D’ores et déjà on voit se multiplier les alternatives concrètes ici et maintenant pour répondre à l’urgence sociale et écologique grandissante.

Nous pensons que toutes ces luttes sociales, écologiques et démocratiques convergent parce qu’elles ont un ennemi commun : le capitalisme financier, destructeur de l’humain comme de la planète, et ceux qui, comme Emmanuel Macron en France, le servent et s’en serve nt de façon irresponsable pour maintenir les privilèges de quelques-uns contre le bien commun. Les mobilisations à travers la planète doivent ici nous conforter. Au Chili, à Hong-Kong, en Algérie, en Colombie, et dans bien d’autres pays, le soulèvement des peuples fait trembler les gouvernements.

Nous souhaitons quede nouveaux dialogues féconds voient le jour dans cette lutte qui s’engage,  et permettent aux plus grand nombre de mieux voir les enjeux d’aujourd’hui. Que naissent les idées nouvelles et les inventions qui surgissent à chaque fois que de grandes luttes sont menées. C’est une des conditions du changement de système que nous appelons de nos vœux.

C’est le sens de notre appel à tous participer à ce mouvement pour en faire un immense refus et un point de départ.

                                   Collectif Changer de cap

 

Le Collectif « Changer de cap » vient d’ouvrir sa page Facebook.

Vous y trouverez des informations au jour le jour sur les belles dynamiques citoyennes qui se multiplient partout sur le terrain, des actions qui construisent ici et maintenant des alternatives concrètes, des informations sur les luttes, etc. Toutes ces actions contribuent à remettre en cause la course du Titanic, à instaurer d’autres valeurs et d’autres raisons d’agir, à changer de système.

Nous vous invitons à le rejoindre avec le lien ici : facebook.com/collectifchangerdecap/  et à rediffuser largement ce lien à tous vos amis. Merci aussi de vos réactions, de vos informations et de vos propositions.

Actualité des luttes

Encore une bonne nouvelle : 4 ans après, la cour d’appel administrative de Douai déclare illégale la ferme des 1000 vaches !

Bravo à l’association Novissen pour sa ténacité ! Dès juin 2015, elle avait dénoncé l’illégalité de la ferme-usine, qui compte 800 vaches au lieu des 500 autorisées en 2013. En juillet 2015, la préfète Nicole Klein avait mis en demeure l’exploitant de se mettre en conformité, sous peine d’une amende de 7800 € et de 780 € par jour. En juin 2017 le Tribunal Administratif d’Amiens a annulé ces sanctions financières. Pendant ce temps, l’exploitant a continué à développer la ferme-usine, arguant d’un accord tacite avec la Préfecture !

En août 2017, le Ministre de l’Environnement, Nicolas Hulot, a fait appel cinq jours avant son départ. Deux ans après, la cour administrative d’appel rend son jugement sur le fond : le dépassement est illégal, l’astreinte financière de 780€ par jour doit être payée. Comme il s’est écoulé 1580 jours depuis l’arrêté de la préfete, l’astreinte financière dépasse aujourd’hui 1,2 millions d’euros. Cela montre que la mobilisation citoyenne peut être efficace !

Mais la lutte n’est pas encore finie, car l’exploitant peut encore faire appel au Conseil d’État. Pour aider L’association Novissen vous pouvez cliquer ici

Opération « Métro gratuit » à Montreuil pour l’anniversaire des gilets jaunes

Dimanche 17 novembre était la journée de toutes les surprises. Un an après le début du mouvement, les gilets jaunes avaient encore du souffle pour souffler leur bougie, n’en déplaise aux chantres de « l’essoufflement » du mouvement. La volonté de relancer les actions, décidée notamment lors de l’Assemblée des assemblées de début novembre, fut matérialisée un peu partout sur le territoire. Les groupes de gilets jaunes et de citoyens ont redoublé d’efforts pour marquer le coup, à travers des actions sur les péages, dans les rues, sur les sites économiques et industriels, mais également dans les métros. A Montreuil, le collectif des gilets jaunes a organisé dès le dimanche matin une opération « métro gratuit » par l’ouverture des portes afin de laisser passer les usagers. Cette action, à l’envergure symbolique, fut aussi l’occasion de sensibiliser la population sur la hausse du carnet de 10 tickets de métro dont le prix a augmenté en octobre. Les discussions devant les tourniquets du métro et la diffusion de tracts permirent aussi d’alerter sur une chose essentielle : un an après, rien n’a changé. Pire encore, tout s’est aggravé. Qu’il s’agisse du gaz, de l’électricité ou encore du tabac, les taxes sont reparties à la hausse. La solution ? Mobiliser le plus grand nombre en préparation de la mobilisation du 5 décembre, avec comme objectif politique la convergence de toutes les forces syndicales, politiques, citoyennes avec lesquelles les gilets jaunes jouent un rôle clé.

Une multiplication des conflits face à l’arbitraire de l’administration

Nous commençons à recevoir de plus en plus de demandes individuelles de personnes révoltées ou désemparées par rapport à l’arbitraire de la machine administrative. Celles-ci s’adressent au Collectif à travers le site ou le mail de contact.

Par exemple, Sandra (nous avons modifié le prénom) habite dans l’Isère mais travaille dans le Rhône. Elle a dû changer sa voiture en début d’année et a demandé à bénéficier de la prime à la casse, annoncée à grand fracas en décembre 2018 par le gouvernement. Elle est payée au SMIC et travaille à 33 km de son domicile. Mais il faut fournir la facture d’achat de la nouvelle voiture pour déposer le dossier !  Elle commence par acheter la voiture et avant de déposer son dossier. 3  fois de suite, avec plusieurs mois de délais, l’administration de l’État lui répond de façon stéréotypée et répétitive, allèguant qu’elle n’habite qu’à 28 km de son travail malgré la justification de la distance par une capture d’écran de ViaMichelin. La dernière fois, le dossier est rejeté car la voiture a été achetée depuis plus de 6 mois ! Alors que l’allongement des délais provenait des délais de l’administration.

Les échanges avec Sandra lui ont fait reprendre espoir dans la possibilité de se battre face à à des réponses dilatoires et une erreur manifeste de l’administration. Elle a pris RDV avec le conciliateur juridique.

Pour comprendre cette situation, on hésite entre le mépris  des gens d’en bas, qui de haut en bas atteindrait maintenant les agents exécutants des services publics, l’impossibilité des services de faire un travail de qualité face à la diminution des moyens, ou les ravages de l’automatisation des taches avec des logiciels pleins de bugs. Les trois, peut-être. Nous essayons de trouver des juristes militants prêts à nous aider pour orienter les demandes.

Alternatives concrètes

A Villers-Clairlieu (54) les habitants imposent la rénovation énergétique de 1300 pavillons

Le quartier de Villers-Clairlieu, près de Nancy, est composé de 1330 pavillons identiques, en propriété, construits en 1972-1973, qui se sont révélées de véritables passoires énergétiques. Des citoyens se sont mobilisés  dans l’association Clairlieu Eco Défi, née en 2010, et ont mis au point par eux-mêmes une méthode de rénovation. La première rénovation d’une maison a demandé 2 ans. Aujourd’hui, le procédé mis au point permet d’isoler une habitation en quatre jours seulement.

Le travail de sensibilisation continue : l’association organise des balades thermographiques pour observer et débattre. Voir ici l’article

Vivre à Aniane. Un jardin partagé, outil de lien social

Depuis plus de 15 ans, « Vivre à Aniane » (Hérault) 3000 habitants, dans la sphère d’influence de Montpellier) fait vivre un grand jardin partagé sur un terrain privé (1ha) loué par l’association. Plusieurs activités se greffent sur le jardinage : production collective de plants, échange de recettes de cuisine, de graines. Une serre est construite pour élever les plants. Un fond documentaire est constitué. L’espace reste en partie collectif, et constitue le support de multiples initiatives : éducation à la nature et à la sauvegarde de l’environnement, gratiferias, soirées débats,…

La particularité de cette réalisation est dans la gestion associative d’un « espace public » dans une démarche participative des habitants du village avec différents espaces : jardins pédagogiques, espaces de pique-nique, plantes aromatiques et arbres traditionnels ou rares, panneaux d’information technique, grand abri central ouvert… Lire ici l’article

Des cours gratuits de droit du travail, des conseils contre le harcèlement au travail

Le réseau Stop Précarité, né en 2001, est un réseau d’information, de lutte et de soutien aux luttes, basé à Champigny (94), qui s’est donné pour objectifs de dénoncer la précarité de l’emploi. Il est ouvert à tous, sans appartenance politique ou syndicale privilégiée. Il collabore sans exclusive avec les syndicats en lutte pour préserver et améliorer le droit du travail, les conditions de travail et les salaires, avec les associations qui défendent le droit à un emploi et un revenu décents. 

Des cours mensuels – gratuits et ouverts à tous – de droit du travail sont donnés par le réseau depuis 2004 ans à Paris et depuis 2014 à Bordeaux par des syndicalistes et juristes du travail bénévoles, sur un programme thématique de deux ans. Depuis la rentrée 2014, un bulletin « Actualités des luttes des précaires » recense les atteintes à nos droits, grèves, manifestations en Ile de France, les luttes menées notamment par les postiers, les personnels hospitaliers en grande souffrance faute d’effectifs suffisants, les AVS, vacataires et précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, les journalistes de RadioFrance et I-Télé, les salarié-e-s du commerce, du nettoyage, du gardiennage, les sans papiers, etc…

Le réseau Stop Précarité donne également des appuis, des conseils juridiques et des informations pour lutter contre le harcèlement au travail.   Voir ici le site de Stop Précarité

Le site Changerdecap.net  est aujourd’hui opérationnel. C’est un espace de mutualisation et de convergence des informations et des réflexions. Vous y trouverez plusieurs dizaines d’exemples d’actions porteuses d’alternatives, de territoires en démocratie directe, un recensement des collectifs citoyens en cours de constitution est tenu à jour. Participez ici à la mutualisation, contactez nous !

Le Maghreb des films, mardi 3 décembre à 19h30

Comme chaque année, le Maghreb des films propose un certain nombre de films de qualité au cinéma La Clef, dans le 5e arrondissement à Paris. Voir ici la présentation

Mardi 3 décembre, ouverture, avec en première diffusion en France, « L’ombre des autres » par  Abdelkader Lagtaa, où un réfugié politique marocain reçoit une carte postale de la « Brigade spéciale de liquidation des ennemis politiques ». Il erre dans la ville de son exil et se souvient de son engagement passé.et « de quelques événements sans signification » de Moustapha Derkaoui. Le film, censuré à sa sortie, est une oeuvre avant-gardiste engagée et libre, qui questionne le rôle du cinéma -et des artistes- à une période d’oppression politique.  (voir ici la bande-annonce )

Les gilets jaunes, histoire d’une répression d’État un film support de débats

La réponse policière et judiciaire au mouvement social des gilets jaunes est un fait politique majeur qui traduit une évolution du système lui-même. Enfin Depuis 6 mois, une répression inédite salle s’abat sur le mouvement des gilets jaunes. À travers les témoignages de blessés, spécialistes et militants, ce documentaire de StreeetPress décrypte les dérives du maintien de l’ordre.

Afin de ne partager le plus largement possible, les producteurs mettent ce film gratuitement à disposition de ce qui souhaite organiser une projection débat. Ils ils peuvent fournir le film dans un format adapté à une projection en salle et relaye sur les réseaux sociaux les différents événements. Pour  voir la présentation c’est ici. Pour organiser une projection contacter l’équipe de StreeetPress sur projection (a) streetpress.com

Le peuple des ronds-points, hors-série du Diplo

Parmi la foule d’articles qui célèbrent le premier anniversaire des gilets jaunes, il faut signaler le hors-série « Manière de voir » du Monde Diplomatique qui est remarquable par la qualité des analyses qui sont fournies, avec leur dimension historique et géopolitique. Cela tranche sur les nombreux articles d’anniversaire qui se contentent d’une suite d’interviews sans analyse transversale. Signalons en particulier l’article « libertés public sous la matraque » qui fait une analyse historique du développement des libertés publiques en 1789 avec la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, puis la construction du modèle républicain  sous la IIIe République, et une description des régressions autoritaires qui ont marqué l’histoire des 2 derniers siècles, depuis Napoléon 1er et Napoléon III jusqu’à Macron, en passant par la loi anticasseurs de 1970 et Charle Pasqua.

Débat : « Les listes citoyennes et les partis », le 11 décembre au Maltais rouge

Ce séminaire, organisé par 6 fondations progressistes, prend place dans un cycle sur la démocratie locale, le municipalisme et les nouvelles formes d’intervention citoyenne. Cette question revient dans l’actualité avec une floraison de listes citoyennes, devenues semble-t-il un passage obligé pour les candidats. Même les partis les plus fortement structurés y ont recours, au risque de le vider de son sens. Ces tentatives indiquent la volonté d’associer les citoyens à la prise en charge des institutions locales, mais elles résultent aussi d’une défiance à l’égard de la sphère politique dans son ensemble. Celle-ci remet en cause le modèle institutionnel actuel qui combine démocratie représentative et gestion techno bureaucratique. C’est le principe même de la démocratie qui est à réinventer. Voir ici le site. C’est au Maltais rouge, 40 rue de Malte 75011 Paris à 18h 30

Faites nous part ici de vos questions, critiques, propositions

Contactez-nous sur contact@changer2cap.com