L’actualité des luttes 

Les appels à une grève interprofessionnelle le 5 décembre se multiplient

Les appels à la grève à partir du 5 décembre se multiplient. Dans un communiqué commun, les organisations syndicales et de jeunesse (CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL, Unef) appellent à « construire un plan d’action contre le projet de réforme de retraites par points et pour gagner un renforcement, une amélioration du système actuel de retraites solidaire et intergénérationnel. » Ils appellent l’ensemble des salariés du secteur privé et public « à une première journée de grève interprofessionnelle, le jeudi 5 décembre 2019. ». Les syndicats de cheminots et de la RATP ont appelé à une grève reconductible.

L’appel des gilets jaunes à la convergence avec le monde du travail

La 4ème Assemblée des Assemblées des gilets jaunes a appelé le 3 novembre les Gilets Jaunes à être au cœur de ce mouvement, avec leurs propres revendications et aspirations, sur leurs lieux de travail ou sur leurs ronds-points, avec leurs Gilets bien visibles. Elle estime, après une année de mobilisation acharnée, que l’heure est à la convergence avec le monde du travail et son maillage de milliers de syndicalistes, et appelle à un rassemblement du peuple français dans toutes ses composantes : paysans, retraités, jeunes, artistes, personnes en situation de handicap, petits artisans, ouvriers, chômeurs, précaires, travailleurs du public comme du privé….

L’appel de la CGT

La CGT appelle l’ensemble des travailleurs/travailleuses, des privé-e-s d’emplois, des retraité-e-s et la jeunesse à se mobiliser partout en France, par la grève, la mobilisation et la participation aux manifestations, le 5 décembre prochain. Elles porteront l’exigence du rejet « en bloc » du projet gouvernemental de réforme des retraites qui impactera fortement, durablement et négativement le niveau des pensions de toutes et tous, que l’on soit issu du secteur public ou du secteur privé. (…) La convergence des mobilisations sociales est une nécessité pour gagner sur les revendications. Elle doit se faire avec toutes les organisations syndicales qui portent cette même aspiration ainsi qu’avec l’ensemble des forces politiques de progrès, le monde associatif et les mouvements citoyens, à l’instar de l’appel à la convergence des Gilets Jaunes dans leur déclaration du 3 novembre dernier. Voir ici l’appel de la CGT

Référendum ADP : Signez et faites signer pour dépasser le million de signatures  !

Selon les derniers pointages, le Conseil Constitutionnel a enregistré 924 000 signatures à la date du 8 novembre. Ce résultat est atteint malgré l’absence totale d’information dans l’immédiat, dénoncée par Anticor (Voir ici cette requête très argumentée), et par une procédure complexifiée à dessein pour limiter le nombre de signataires. Ces atteintes à la démocratie participent, avec les violences policières et l’intensification de la propagande pro-gouvernementale dans l’immédiat, de la dérive autoritaire du capitalisme qu’on observe dans de nombreux pays, et en France en particulier. Nous devons être plus fort que ces obstacles. Le seuil d’un million de signatures est un seuil symbolique qu’il est indispensable de dépasser le plus largement possible.

De nombreux groupes se mobilisent à nouveau après pour multiplier les campagnes de signatures contre la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP). Signez et faites signer sur https://www.referendum.interieur.gouv.fr/ y compris sur la voie publique. Par exemple, le collectif citoyen du 15e organise chaque mercredi une séance de signatures sur la place Geneviève de Gaulle, occasion d’expliquer la politique gouvernementale et de développer des propositions alternatives.

L’abandon d’Europa City, une grande victoire, mais la mobilisation doit continuer

Emmanuel Macron annoncé le 7 novembre l’abandon pur et simple du projet d’Europa City. Ainsi, la mobilisation des opposants a une raison de ce projet pharaonique, qui associait Auchan et un investisseur chinois. 

Nous ne reprendrons pas toutes les aberrations de ce projet : hyper-concentration, massacre de 80 ha de terres agricoles, accroissement de la pollution et de la circulation automobile, etc. Mais le gouvernement annonce vouloir le remplacer par un autre projet, et a maintenu la construction d’une gare qui ne se justifie que par le bétonnage du triangle de Gonesse.

La large coalition qui s’opposait au projet a gagné une grande bataille. Mais la mobilisation reste de mise. C’est pourquoi il est essentiel de soutenir le projet Carma (Coopération pour une Ambition agricole, Rurale et Métropolitaine d’Avenir) de valorisation des terres agricoles qui constitue un projet phare de transition écologique de ce combat et pose la question de l’auto à l’autonomie alimentaire des villes.

Il est essentiel de soutenir le projet en adhérant à l’association et en y participant Pour adhérer à Carma et soutenir le projet 

22 octobre : succès du premier Référendum d’initiative citoyenne à la Villeneuve de Grenoble

Un premier référendum d’initiative citoyenne a été organisé du 14 au 20 octobre par les associations du quartier de la Villeneuve, à Grenoble, afin de voter pour ou contre la destruction des logements sociaux de la galerie de l’Arlequin, qui constitue le centre et lieu symbolique de la vie associative et citoyenne de la Villeneuve. 50 habitant.es et bénévoles se sont impliqués, sans aucun moyen financier, pour mener une campagne exemplaire : information approfondie, feuilles d’émargement, demande de justificatifs aux votants, tenue des bureaux de vote par des assesseurs, passage inopiné de 6 scrutateurs indépendants, dépouillement public, et suivi des recommandations CNIL…!

Les habitants se sont opposés à près de 70 % cette destruction. Au vu de ces résultats, les organiseurs demandent l’arrêt des démolitions et l’organisation d’un débat public en novembre prochain. La ville de Grenoble dit que la loi lui interdit un tel débat en période pré-électirale, tout en rappelant que la Ville se bat contre l’ANRU pour la réhabilitation et non pas la démolition. Voir ici le CR de FR3  et  l’article de Droit au Logement

7 octobre : Urgence climatique : Le collectif Collectif Gilets Jaunes et Citoyens de Haute-Corse interpelle la Région

Dans un message du 7 octobre, le collectif Collectif Gilets Jaunes et Citoyens de Haute-Corse interpelle Gilles Simeoni, Président du conseil exécutif de Corse sur la nécessité impérative de déclarer l’état d’urgence climatique en Corse. « Alors que le gouvernement français, la région Nouvelle Aquitaine, les villes de Paris, Montpellier ont déclaré l’état d’urgence climatique, qu’en est-il de la Corse ? Nous avons pris connaissance du document « Plan de bassin d’adaptation au changement climatique dans le domaine de l’eau », quelles sont les actions mises en place ? Le Sikkim est le 1er État 100% bio au monde. Ce pays, d’une échelle comparable à celle de la Corse, à réussi le pari d’un territoire vertueux, pourrions-nous aussi envisager de faire partie de ces pionniers? Compte tenu du potentiel naturel de notre île, ceci est tout à fait possible, à condition toutefois d’y consacrer toute son énergie et d’impliquer les bonnes volontés dans l’intérêt supérieur des générations futures. Nous attendons une réponse de votre part avant d’entamer toutes actions : pétitions, communication de presse, manifestations.

(de notre correspondante en haute-Corse)

5 octobre : Quel samedi sur notre rond point de Saint-Brice ! (95)

Ils ont poussé, poussé dru, ces poings brandis. Poings accompagnés de grands yeux étonnés et d’un beau sourire des écoliers, poings doux assortis d’un hochement de tête des grand-mères, poings fermes avec un « oui » clamé des hommes trentenaires, poings dansants et la bouche chantante des jeunes femmes au regard étincelants, poings prolétaires brandis hors de la carlingue,  poings de policiers en salut fraternel… et ce salut incroyable de deux bonnes soeurs au volant de leur petite voiture à peine plus grande que l’antique 2 CV. Des poings partout, partout !!!! Le samedi précédent avait été grand, celui-ci aura été gigantesque !  Quel samedi sur notre rond point occupé de Saint-Brice ! Poings, clameurs, gilets jaunes tendus, klaxonnes, trompes puissantes du bus, sirène d’ambulance, nous avons vécu d’énormes moments. Nous nous retrouvons en famille les samedis de début de mois ! Ultra majoritaires ! Chaud au coeur ! 

Fini les gilets jaunes ? Mon oeil ! Tout le monde est là, même si Macron ne le veut pas. Pour l’honneur des travailleurs notre rond point a repris, tous les ronds-points reprennent et nous allons contribuer à la grève illimité qui s’annonce le 5 décembre. On lâche rien ! 

Serge Grossvak

5 octobre : 1000 manifestants occupent pendant 18h le centre commercial Italie 2 

Un millier de manifestants ont pris possession pendant 18 heures du centre commercial Italie 2 dans le XIIIe arrondissement. Une occupation festive, organisée notamment par des militants de divers horizons : militants climat d’Extinction Rebellion, gilets jaunes, membres du comité Vérité pour Adama, dont Assa Traoré, ont organisé AG, cantine auto-gérée et même… toilettes sèches. On croise Corinne Morel-Darleux, Christophe Bonneuil, Pablo Servigne, Jérôme Rodrigues…Face à la foule, Assa Traoré insiste : le mouvement climatique « ne peut se faire sans les quartiers »« Cette machine de guerre que nous avons en face de nous, c’est la même, ajoute-t-elle. Nous somme devenus des soldats malgré nous. » . Deux Hongkongais qui participent à la révolte en cours, de passage à Paris, sont également invités à s’exprimer brièvement, largement applaudis. Ce n’est que vers 4 heures du matin qu’une nouvelle assemblée générale décide d’évacuer les lieux par elle-même. la convergence des luttes autour d’actions non-violents commence à s’élargir désormais aux quartiers. Voir le reportage de Médiapart

occupation

5 octobre : Amiens : « Macron, on revient te chercher chez toi » : nouvelle journée d’action des réfractaires du 80

La nouvelle journée d’action des gilets jaunes d’Amiens- les réfractaires du 80 « Macron, on revient te chercher chez toi »  (la première s’était déroulée le 25 mai) a rassemblé le 5 octobre jusqu’à 600 à 700 personnes. Le matin, plusieurs sujets ont été abordés : une information sur les événements de l’Hong Kong, avec un journaliste qui est allé sur place. Les gilets jaunes de Rouen ont parlé de la mobilisation massive de la population à la suite de l’incendie de l’usine Lubrizol (a Picardie est également fortement impactée par le nuage de pollution, qui est arrivé jeudi à 14 heures dans la Somme, et les récoltes sont interdites de ramassage). Les militants CFDT ont parlé du projet de grève contre les retraites à partir du 5 décembre. Intervention également pour dénoncer les violences policières. L’après-midi, une manifestation s’est déroulée dans la ville. Les manifestants sont ensuite revenus sur le Parc de la Hotoie pour une soirée avec buvette, pique-nique et concert voir la page facebook https://www.facebook.com/lesrefractairesdu80/

Haute-Corse : Charte sur des produits de première nécessité

20 juillet 2019

Les mobilisations sur le rond-point d’Aréna (dans la plaine d’Aleria) se limitent pendant la période chaude à des occupations le samedi soir. Mais un travail a été engagé dès janvier avec la Collectivité de Corse, notamment sur la précarité.Une charte pour des prix bas sur des produits de première nécessité a été signée, associant les grandes surfaces,notamment pendant la saison touristique où les prix de l’alimentaire augmentent fortement. (voir ici l’article)

Signature charte Hte-Corse