Accès aux droits et aux services de base

Des cours gratuits de droit du travail, des conseils contre le harcèlement

Le réseau Stop Précarité, né en 2001, est un réseau d’information, de lutte et de soutien aux luttes, qui s’est donné pour objectifs de dénoncer la précarité de l’emploi. Il est ouvert à tous, sans appartenance politique ou syndicale privilégiée. Il collabore sans exclusive avec les syndicats en lutte pour préserver et améliorer le droit du travail, les conditions de travail et les salaires, avec les associations qui défendent le droit à un emploi et un revenu décents. Des cours mensuels – gratuits et ouverts à tous – de droit du travail sont donnés par le réseau depuis 2004 ans à Paris et depuis 2014 à Bordeaux par des syndicalistes et juristes du travail bénévoles, sur un programme thématique de deux ans. Depuis la rentrée 2014, un bulletin « Actualités des luttes des précaires » recense les atteintes à nos droits, , grèves, manifestations en Ile de France, les luttes menées notamment par les postiers, les personnels hospitaliers en grande souffrance faute d’effectifs suffisants, les AVS, vacataires et précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, les journalistes de RadioFrance et I-Télé, les salarié-e-s du commerce, du nettoyage, du gardiennage, les sans papiers, etc…

Le réseau Stop Précarité donne également des appuis, des conseils juridiques et des informations pour lutter contre le harcèlement au travail.

Voir ici le site de Stop Précarité

94500  CHAMPIGNY ; n°165 ; 2017

Solidarité Paysans : aider les paysans en difficulté et combattre pour l’évolution du droit

Au niveau national Solidarité Paysans regroupe plusieurs dizaines d’associations départementales similaires qui accompagnent localement les agriculteurs en difficulté, dont le nombre s’est multiplié depuis la fin des années 70. Les associations agissent pour l’accès aux droits sociaux, pas toujours assurées faute d’information, négocier les dettes protéger le patrimoine personnel et. L’accompagnement devant les tribunaux permet le plus souvent d’éviter la liquidation et d’aboutir à un redressement. L’association est à l’origine de l’extension aux agriculteurs de la loi instaurant les procédures judiciaires (redressement et liquidation) en décembre 1988. Solidarité Paysans, à partir de son expertise de terrain a pu faire adopter à plusieurs reprises des amendements à la loi. Pour trouver une association Solidarité paysans près de chez vous voir ici

Par exemple, l’association Solidarité Paysans 72, créée en 1989, accompagne une soixantaine de familles par an dont 25 nouvelles. Son but est de défendre les familles, aider les agriculteurs à faire valoir leurs droits en justice, préserver l’emploi. Cet accompagnement se réalise toujours en binôme (salarié + un bénévole agriculteur ou retraité agricole). L’association intervient auprès de chaque famille qui fait la demande. Elle s’engage à accompagner les personnes en envisageant la globalité de la situation (professionnelle et privée). La nouvelle équipe est formée à l’écoute. La relation est basée sur la confiance, la discrétion absolue et le respect des souhaits de chacun sur son exploitation. Voir le site  

72000 LE MANS ; n°164 ;2017

Des médiateurs pour aider les  « exclus numériques » et lutter contre le harcelement administratif des personnes en difficulté

La Régie de quartier Réussir l’insertion à Bron (69) a mis en place depuis 2003, un réseau de 10 médiateurs afin de tisser du lien social au cœur des quartiers, encourager les dynamiques collectives et citoyennes et assurer un relais entre les administrations, les institutions et les habitants, faisant le constat que plus les personnes sont en difficulté, plus les méandres administratifs sont importants, notamment les chômeurs qui ne peuvent plus s’inscrire depuis que Pôle emploi a obligé à utiliser Internet. Les répondeurs, les « machines qui parlent », sont des freins à la compréhension et des machines à exclure, car les services vocaux ne peuvent pas s’adapter au niveau de connaissances de la personne qui appelle. Voir ici la présentation Voir aussi les autres actions d’accès aux droits sur  http://ribrq.org/

69500 BRON n° 224 2017

Un club d’utilisateurs dans un village donne accès à la maîtrise d’Internet 

Depuis 2007, chaque semaine, une dizaine d’ordinateurs sont branchés sur le même réseau dans la salle municipale de Creyseilles (Ardèche), petit village de 250 habitants. Pendant la première partie de la soirée, des exercices d’apprentissage permettent à chacun de se familiariser avec les subtilités du Web. La soirée se prolonge ensuite avec des débats autour de thèmes d’actualité, souvent liée aux découvertes faites en ligne. Les exercices pratiques visent à démystifier les techniques, apprendre à naviguer et aussi de comparer les produits et les sites. Ce travail d’éducation citoyenne se poursuit avec les adolescents, plus utilisateurs d’Internet que leurs parents mais sans défense par rapport aux sollicitations du marché.

La seconde activité du CUIC a une finalité économique. l’association fait du conseil à l’achat et prête des matériels pour que les membres puissent les essayer avant d’acheter (ordinateur portable, boîtiers CPL,..). On se passe aussi les logiciels libres.

La troisième activité du CUIC (club des utilisateurs d’Internet de Creyseilles, 07) est de représenter les abonnés devant les fournisseurs d’accès. Grâce aux compétences du fondateur (ancien cadre et enseignant dans ce domaine), l’association se bat pour diminuer les coûts, dénoncer et corriger les abus. Depuis la privatisation de France Telecom ce sont des opérateurs privés qui proposent aux mairies de créer des boucles locales dont ils deviennent propriétaires, acquérant ainsi une position de monopole. L’association fonctionne sans aucune subvention. Son budget annuel est de 300 euros.

On trouve sur le site du CUIC une mine d’informations et conseils, liés aux compétences du créateur du club, Jean-Marc, ancien enseignant à l’Ecole supérieure des Télécoms, qui a posé ses valises à Creyseilles lors de sa retraite et les met à disposition de tous.

07000 CREYSSEILLES ; n°108 ; 2009

Un Garage solidaire pour permettre à chacun de réparer sa voiture

Un garage solidaire,  constitué le plus souvent sous forme associative, offre la possibilité d’effectuer soi-même les réparations de son véhicule mais aussi de faire réparer sa voiture à bas coût. Les adhérents de ces garages solidaires sont assez souvent des personnes ayant de faibles revenus, en situation précaire ou en difficulté. Sa création d’un garage solidaire est parfois financée en partie sur des aides publiques, fondation, du mécénat… Le garage solidaire n’a pas vocation de concurrencer les garages traditionnels ou concessionnaires, bien au contraire souvent une entente solidaire se créée entre professionnel du secteur automobile. Depuis l’apparition des garages solidaires, la mécanique de « rue » est en forte baisse, Le recyclage permet aussi de réduire le gaspillage, les déchets et les encombrants.

Une étude sur les garages solidaires, réalisée par la fondation PSA Peugeot,, permet d’avoir quelques repères (voir ici)

 

Les mécanos du cœur, un garage solidaire dans la métropole marseillaise

Les mécanos du cœur se sont structurés en association 1901 il y a 18 ans pour permettre à des personnes en difficulté d’entretenir leur voiture.

Elle rassemble à Marseille prés de 250 adhérents à jour de leur adhésion. La cotisation est de 5 €. Il faut être adhérent pour bénéficier des divers services du garage. L’association emploie une mécanicienne en contrat de droit commun qui travaille 39 heures par semaine. Une semaine, tous les deux mois et demi environ, le garage est ouvert aux adhérents qui désirent auto réparer leur voiture. Il est demandé à tous les adhérents de participer activement à la gestion et à l’animation du garage et des actions collectives (repas, fêtes, cours de mécanique…). Ainsi, les locaux ont été repeints par un adhérent peintre de métier, les lavabos ont été mis en place par une plombière, etc Les Mécanos du cœur fonctionnent avec très peu de subventions. Les difficultés viennent essentiellement de l’aggravation de la situation personnelle des membres de l’association, qui ne s’en sortent plus, et qui se désespèrent. Voir ici le site des Mécanos du coeur

Rodez : la régie de quartier créé un garage solidaire : réponse à un besoin vital en milieu rural et insertion

La Régie de Territoire Progress à Rodez, dans l’Aveyron, a créé en 2016 le premier garage solidaire en Aveyron, à Onet le Château pour 3 raisons. Dans ce secteur très rural, les transports en commun ne permettent pas de se rendre au travail, notamment en horaires décalés, ce qui suppose d’assumer un budget véhicule. La mécanique auto et agricole est une activité importante. Enfin il est nécessaire de lutter contre les réparations et vidanges sauvages dans la campagne.

C’est à la fois un chantier d’insertion mécanique automobile, avec quatre postes en CDDI pour des personnes bénéficiaires de minimas sociaux, et un lieu où tout le monde peut faire entretenir et réparer sa voiture, même s’il a peu de moyens. Les tarifs sont discutés selon la situation de chacun. L’adhésion est nécessaire, mais la cotisation varie de 100€ par an à tarif plein à 30€ pour les plus bas revenus (90% des 150 adhérents) Voir ici l’article