Un immense élan de solidarité face à la crise

Dès le début du confinement , un immense élan de solidarité dans l’épreuve s’est développé avec toutes les catégories de la population. L’engagement populaire contraste avec l’irresponsabilité persistante de nos dirigeants. Si les masques ont été enfin  au rendez-vous , c’est notamment par l’engagement bénévole de milliers d’atelier familiaux ou militants, et non par la réquisition des grandes entreprises textiles. Si les plus démunis sont accompagnés et secourus, c’est grâce aux solidarités citoyennes sur les territoires, alors que le dispositif national comporte une multitude de trous. À cet égard, il faut souligner l’engagement de beaucoup de maires et d’équipes municipales, qui ont organisé les secours avec efficacité, malgré des règles administratives qui changeaient tous les 3 jours.

Les brigades de solidarité populaire, aide aux plus précaires et auto défense sanitaire

Les brigades de solidarité populaire se sont formées dès le début du confinement avec des groupes d’habitants de Saint-Denis, pour récupérer et distribuer colis alimentaires, produits d’hygiène, masques pour les plus précaires. Cette entraide concrète a aussi une dimension politique, avec une critique radicale des politiques néolibérales et de l’État qui les défend.

Elle s’se définit comme une « autodéfense sanitaire », avec l’apparition de slogans BSP 93 sur les murs. Ces brigades sont nées à Milan au sein du mouvement antifasciste, puis ont essaimé dans plusieurs pays. On en compte désormais 52 en Europe. Voir ici l’article de Bastamag

(ci-contre : Livraison de produits d’hygiène et de nourriture à un bidonville où 40 familles vivent dans ds conditions insalubres près du périphérique)

Paris : les ultras du PSG multiplient les actions de solidarité

En Ile de France, les Ultras du PSG muliplient les actions de  solidarité : pas moins de  11 livraisons à partir de collectes alimentaires, lpour le seul 28 avril, à des équipes hospitalières ou des EHPAD. Les Ultras s’organisent aussi pour faire les courses des plus fragiles dans leur quartier, fabriquent et livrent des surblouses aux soignants, aux pompiers, aux SDF « Merci et félicitations à vous les Ultras pour tous vos gestes généreux et importants en ces moments compliqués et douloureux qui nous apportent réconfort et soutien au coeur de la tempête » Voir ici la page facebook

A Talence, pendant le confinement, le collectif Solidarité alimentaire a nourri 1600 personnes

A Talence, beaucoup d’étudiants ont perdu leur emploi dès le début du confinement et n’ont aucun revenu depuis.

Face à l’inaction des pouvoirs publics, le Collectif solidarité continuité alimentaire s’est constitué fin mars, à l’initiative d’une enseignante chercheuse, pour apporter une aide de première urgence aux étudiants isolés.

Une cagnotte a été constituée, qui a reçu 61 000 € à ce jour. 1600 étudiants en situation difficile ont été secourus, avec des cas très critiques de personnes n’ayant pas mangé depuis plusieurs jours et des chocs psychologiques pour des personnes confinées et isolées sur le campus. L’action continue, car la précarité ne s’est pas éteinte le 11 mai.

Cette initiative a suscité un grand élan de solidarité avec les entrepôts de grossistes Métro Bordeaux lac, les Coursiers bordelais qui aident à livrer, le Garage Moderne qui prépare des repas végétariens et de nombreux bénévoles. La cagnotte est toujours ouverte. N‘hesitez pas à la partager A lire et voir ici

Montreuil : soutien et secours alimentaire aux sans-papiers du foyer de Bara

Nourrir les plus démunis : actions communes Conf’ locales, syndicats et Gilets Jaunes dans le Rhône

Plusieurs initiatives communes ont déjà été mises en place de manière ponctuelle et éphémère, (notament dans le Sud-Est) entre Conf’ locales, syndicats et Gilets Jaunes pour nourrir les plus démunis, défavorisés (Migrants, Femmes, travailleurs précaires, personnel hospitalier, etc) avec une énorme volonté d’accentuer le  « travail de base » en collaborant sur le terrain : approvisionnement de cantines populaires, location généreuse d’un lambeau de terre pour y cultiver des jardins ouvriers, approvisionnement d’hôpitaux, etc.

Le 2 avril, 100 paniers issus de 23 fermes du Rhône, remplis de fromages, légumes, pâtés, jus de fruits, vins, bières paysannes… ont été préparés  sur une ferme puis apportés à l’hôpital Édouard Herriot, à Lyon. La distribution était organisée par la Conf’ du Rhône avec la CGT-Santé et le Collectif Jeunes de la CGT du Rhône A lire ici (p 24)

Montreuil : soutien et secours alimentaire aux sans-papiers du foyer de Barasi si

 

Les sans-papiers entassés dans le foyer des Bara, squat à Montreuil, sont démunis face au Covid-19. La distanciation sociale et les gestes barrière sont impossibles à mettre en œuvre. Le collectif des Baras a mis en place une collecte de dons, des actions de pression sur la mairie et la préfecture à travers une cagnotte en ligne, une pétition. Samedi, une action de solidarité alimentaire a été organisée. L’espace public a été investi par ceux qui exigent « papiers et logement », avec une prise de parole publique et une manifestation sous le regard des forces de l’ordre. De nombreux soutiens sur Montreuil relaient ces revendications (voir ici)

Tarentaize (St Etienne) : une vie commune intense de relations et d’entraide

Dans le quartier de Beaubrun/Tarentaize, à Saint-Etienne, la solidarité entre tous permet de trouver ce qu’il y a de positif dans les situations difficiles. Des messages quotidiens s’échangent via les réseaux sociaux, des projets se dessinent. Le « Café des femmes » a eu lieu sous forme de conférence téléphonique pour prendre des nouvelles, nous réconforter, nous redonner du souffle. En famille, on se parle. Les jeunes inventent d’autres moyens de communication pour ne pas se retrouver totalement isolés, organisent toutes les formes possibles d’entraide au quotidien pour des personnes les plus fragiles, les « anciens », les personnes handicapées…(les courses, les médicaments à renouveler, les colis reçus à la poste…). Tout cela nous aide à espérer pouvoir construire une vie qui respecte le vivant et de la dignité de tous. Voir ici le témoignage de Terrain d’Entente

Ateliers de production de masques et de blouses

D’innombrables ateliers de production de masques se sont développés à partir d’initiatives solidaires. Elles sont maintenant encouragées par l’État. On trouvera de nombreux exemples sur le site de COVID-entraide. A la Parole Errante, un atelier régulier est organisé dans la grande salle, avec quatre machines à coudre.

Un protocole sanitaire rigoureux est mis en place pour assurer des conditions optimales de sécu (distance, port de masque, désinfectant). L’atelier pourra se faire dans la cour si le temps le permet. « Il est essentiel, au-delà des nécessités sanitaires évidentes de nous protéger par nous-mêmes,de montrer que ces initiatives d’auto-organisation viennent palier l’incurie absolument scandaleuse de l’Etat » A Meudon, une initiative citoyenne « Over the blues » s’est organisé à l’initiative de 2 habitantes pour fabriquer des blouses, des masques pour un EHPAD, etc. 

Les « grands frères et soeurs » de la cité des Indes offrent des repas aux soignants

Les « grands frères et soeurs » de la cité des Indes, à Sartrouville (Yvelines), ont décidé d’être solidaires. Ils offrent des paniers-repas aux soignants d’Argenteuil en assurant la livraison de pizzas, hamburgers, sushis, kebabs, , boissons. Ils prennent aussi en charge le nettoyage des halls d’immeuble pour soutenir les femmes de ménage et éviter la propagation du virus. Ils demandent sur les réseaux sociaux aux autres cités de faire comme eux Voir ici la page facebook  

Les psychologues solidaires, en appui au personnels de la santé

Les psychologues solidaires proposent des téléconsultations gratuites pour TOUS les personnels des établissements de Santé et du secteur médico-social ainsi que les praticiens libéraux sur l’ensemble du territoire français et pendant toute la durée de la crise sanitaire. Des consultations gratuites sont possibles par visio (Skype, Whatsapp, Hangout, Zoom, Doctolib…), téléphone ou mail.Voir ici le site 

Le réseau de solidarité COVID-Entraide 

 

Le réseau COVID-Entraide  s’est créée début mars 2020 et a regroupé pendant le confinement  800 initiatives en France : des actions très diversifiés pour multiplier, face au Covid-19, les soutiens aux plus vulnérables, aux soignant-e-s, aux services publics exsangues.

Les actions  d’entraide et d’auto-organisation se sont multipliées à tous les niveaux (immeubles, hameaux, rues, quartiers, villages, villes, départements, régions).

Certains organisent la résilience écologique et sociale, travaillent à autonomie des territoires, notamment alimentaire. Des groupes de discussion et de mise en relation des personnes se sont également mis en place sur les réseaux sociaux (Facebook, Telegram, etc.) sur différents thèmes, ainsi que la fourniture de ressources et la diffusion d’infos vérifiées et sourcées.

Pour tous ceux qui agissaient et/ou cherchaient comment agir dans cette période, de multiples idées ont été proposées pour participer à l’immense élan de solidarité qui a soulevé la population. Aujourd’hui beaucoup d’actions se sont diluées dans la reprise de l’activité, mais il subsiste de très nombreux liens qui constituent une base en cas de nouvelles difficultés

Voir le site https://covid-entraide.fr/ et la carte interactive https://covidentraide.gogocarto.fr/ .

Covid 19-Entraide Poissy, un réseau d’échanges de services

Ouvert, à tous le groupe Covid 19-Entraide Poissy permet aux habitants de publier des demandes ou des offres d’aides ponctuelles, à la manière d’un réseau d’échanges réciproques  de savoirs. « Je souhaite avoir des informations sur le personnel soignant qui travail a l’hôpital de Poissy et/ou Saint-Germain-en-Laye. Étant disponible j’aimerais leur apporter des pizzas samedi afin qu’ils évitent de faire leurs repas ! En espérant que ça donnera l’élan à d’autres personnes » lance Yassin. « Je peux me rendre disponible pour faire les courses d’une personne âgée ou garder des petits pendant que le parent va faire ses courses », propose Agnès. Voir la page facebook