Mobicoop , Le covoiturage coopératif gratuit 

Mobicoop organise et promeut toute forme de mobilité partagée, écologique et solidaire. Grâce à l’engagement de nos sociétaires et contributeur·rice·s, nous offrons un service sans commission. « On ne peut pas créer une vraie alternative au modèle dominant en nous reposant sur des dons, des bénévoles et des subventions, assure Matthieu Jacquot ; les gens l’ont compris. Depuis qu’on est passé du modèle associatif à la coopérative, il y a une réelle dynamique qui nous pousse à revenir aux valeurs sociales et écologiques du covoiturage. »

La coopérative est une coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Toute personne peut en devenir membre en souscrivant à une part sociale.  Tout membre peut participer aux Assemblées générales. Les catégories de membres (associés) – bénéficiaires, bénévoles, salarié·e·s, autres personnes physiques ou morales contributrices – y ont le même pouvoir. Le principe fondamental est : une personne = une voix.

Un Cercle Communauté réunissant tout membre sociétaire souhaitant en faire partie est actif au sein de la coopérative. Il fait le lien avec la communauté d’utilisateurs et d’utilisatrices de la plateforme de mobilité. Il peut se saisir de tout sujet. Il nomme en son sein un des membres du Conseil d’administration et un autre membre du Conseil d’administration participe de droit au Conseil de communauté (double lien entre les deux instances). 

Les bénévoles intéressé·e·s par la démarche sont les bienvenu·e·s. Chacun peut trouver sa place au sein de la coopérative . Une formidable équipe salariée est née et continue de grandir. En 2019, nous étions 20.Aucune plus-value sur les actions, au moins 57,5 % des résultats obligatoirement réinvestis dans la coopérative, un sociétariat composé aussi bien de salariés que d’utilisateurs…. La forme juridique employée par Mobicoop – la société coopérative d’intérêt collectif – repose sur ses coopérateurs. Fin 2019, ils sont 850 à avoir pris au moins une part sociale à 100 euros. « C’est le prix à payer pour se réapproprier la mobilité partagée comme un bien commun », justifie Patricia, une des coopératrices, Notre objectif est d’avoir 1,5 millions d’utilisateurs d’ici à 2021. Ainsi, on aurait une offre de trajets assez bien répartis sur toute la France 

Voir le site

2020

Atchoum, dans l’arrière-pays de Toulon

Il s’agit d’apporter une solution au manque de mobilité en milieu rural ; Cette start up met en relation des habitants de petites communes (moins de 3 500 habitants) qui ont besoin ponctuellement d’un moyen de transport, et des conducteurs proches de chez eux prêts à se rendre disponibles.

 L’utilisateur peut réserver son trajet en avance, sur une plateforme de réservation en ligne ou sur l’appli mobile… mais aussi via un centre d’appel téléphonique. « Tout le monde n’a pas un smartphone, ni une bonne connexion internet, surtout dans les zones rurales isolées », rappelle Vincent Desmas. Les jeunes sans permis et/ou sans voiture, qui auraient besoin de se déplacer pour passer un entretien d’embauche ou aller au travail, font partie des utilisateurs fréquents du service d’Atchoum. « Derrière la question de la mobilité, il y a une dimension sociale, économique, indispensable pour les territoires », souligne Vincent Desmas. Les conducteurs sont essentiellement de jeunes retraités ayant envie de rendre service à leurs voisins, ou des non-retraités prêts à covoiturer, ou plutôt à « courvoiturer »,  pour leurs trajets du quotidien. Le trajet est rémunéré à très faible prix (entre 20 et 35 centimes selon la distance parcourue) pour rester un moyen de transport solidaire, mais sans être un coût pour les volontaires.

 27 communes sont partenaires : Pour financer le service, Atchoum propose aux collectivités qui souhaitent être référencées dans la plateforme, un abonnement à 50 euros par mois pour chaque 1 000 habitants. Une fois l’abonnement pris, le service est accessible aux habitants de la commune. Le marché est conséquent, puisque les communes de moins de 3 500 habitants représentent environ 33 % de la population française.

voir le site

83136 – 2020