Comment les citoyens s’auto-organisent dans l’épreuve

Face à l’épidémie de coronavirus,  le gouvernement français et la haute administration se sont révélés incapables d’organiser l’approvisionnement en masques, en tests, en blouses, en appareils respiratoires,etc. des millions de personnes ont été laissés sans ressources, laissée à elle-même faute d’un dispositif prenant en compte toutes les situations. Mais en avait-il à volonté ? Les dispositifs  successifs se sont révélés largement inadaptés. Les mensonges pour masquer ses insuffisances  ont aggravé la situation.

Ces carences sont pour une part liée à la vision de la société que partage  les dirigeants politiques et les technocrates. Ils ont une idée précise des besoins des entreprises, de leurs intérêts, mais ils ne connaissent pas les conditions de vie et les besoins  de la grande masse des habitants et des citoyens, notamment les plus modestes.  Les mesures sont pensées de façon technocratique, avec une méconnaissance du terrain, une absence d’écoute et un mépris par rapport à tous les avis qui leur sont fournis.

En même temps, il s’agit de ne pas déroger aux principes de non-intervention publique qui ont guidé le management de l’action publique depuis 20 ans.

Mais pour une autre part, la seule réalité qui compte pour eux est celles des entreprises. Ainsi, une seconde cellule de commandes de masques, plus efficace que celle du ministère de la santé, s’est mise en place au ministère des finances pour approvisionner en priorité les entreprises. Et pour sortir d’affaire les entreprises et gérer la crise économique, le gouvernement s’en remettrait un ajustement des salaires à la baisse.

Dans cette optique, l’entretien d’une armée de réserve de précaires n’est pas une mauvaise chose. Il constitue un élément dissuasif par rapport aux revendications des manifestations. on ne peut donc pas limiter  à de l’incompétence une passivité qui correspond aussi à une stratégie délibérée.

Face a cette situation, de très nombreuses initiatives d’auto-organisation se sont développées depuis le mois de mars. Elles montrent l’esprit de responsabilité et la capacité d’organisation des citoyen.ne.s dans l’épreuve.si  le projet est de l’alors finir

Montagne Limousine : les circuits courts se multiplient

Sur la Montagne Limousine, consommateurs et producteurs locaux s’organisent pour assurer la continuité des livraisons. A Eymoutiers, par exemple, un « groupe des Livrons-nous » s’est constitué avec des familles et une dizaine de producteurs-trices propose pour organiser des livraisons à domicile de produits locaux. Il s’agit de soutenir les producteurs-trices pour qu’ils continuent à écouler leur production pendant la période de confinement, d’éviter un afflux de personnes sur les fermes, de ravitailler les personnes à domicile, notamment les personnes en quarantaine ou se considérant comme suspectes. Un second groupe pourrait émerger. Pour en savoir plus, vous pouvez contacter Marie cliquez  sur rainette12(at)yahoo.fr

Un groupe d’entraides juridiques et administratives s’est également créé.

Il accompagne par téléphone ou mail les personnes qui sont aujourd’hui isolées face à des situations parfois compliquées. Le numéro fonctionne sur répondeur. Pour en savoir plus  cliquez sur groupejuridiquedelamontagne(at)riseup.net

Mise en lien entre producteurs agricoles, commerçants et particuliers : 700 circuits courts dans la Gard

La région Occitanie a lancé une plate forme en ligne avec une carte pour aider les producteurs et commerçants d’Occitanie à livrer aux particuliers confinés des produits locaux et frais et à maintenir leur activité économique. . Voir ici le site   

Dans le même but, le Civam du Gard a mis en place un outil collaboratif de cartographie des circuits courts, qui regroupe le 8 avril plus de 700 points de circuits courts. L’initiative et relayée par les autres structures CIVAM en France. Pour y accéder c’est ici   

Les brigades de solidarité populaire, aide aux plus précaires et auto défense sanitaire

Les brigades de solidarité populaire se sont formées dès le début du confinement avec des groupes d’habitants de Saint-Denis, pour récupérer et distribuer colis alimentaires, produits d’hygiène, masques pour les plus précaires. Cette entraide concrète a aussi une dimension politique, avec une critique radicale des politiques néolibérales et de l’État qui les défend.

Elle s’se définit comme une « autodéfense sanitaire », avec l’apparition de slogans BSP 93 sur les murs. Ces brigades sont nées à Milan au sein du mouvement antifasciste, puis ont essaimé dans plusieurs pays. On en compte désormais 52 en Europe. Voir ici l’article de Bastamag

 

(ci-contre : Livraison de produits d’hygiène et de nourriture à un bidonville où 40 familles vivent dans ds conditions insalubres près du périphérique)

A Talence (33), le collectif Solidarité continuité alimentaire nourrit 1600 personnes

A Talence, beaucoup d’étudiants ont perdu leur emploi dès le début du confinement et n’ont aucun revenu depuis. Face à l’inaction des pouvoirs publics, le Collectif solidarité continuité alimentaire s’est constitué fin mars, à l’initiative d’une enseignante chercheuse, pour apporter une aide de première urgence aux étudiants isolés. Une cagnotte a été constituée, qui a reçu 61 000 € à ce jour. 1600 étudiants en situation difficile ont été secourus, avec des cas très critiques de personnes n’ayant pas mangé depuis plusieurs jours et des chocs psychologiques pour des personnes confinées et isolées sur le campus.

L’action continue, car la précarité ne s’est pas éteinte le 11 mai. Cette initiative a suscité un grand élan de solidarité avec les entrepôts de grossistes Métro Bordeaux lac, les Coursiers bordelais qui aident à livrer, le Garage Moderne qui prépare des repas végétariens et de nombreux bénévoles. La cagnotte est toujours ouverte. N’hésitez pas à la partager A lire et voir ici

Nourrir les plus démunis : actions communes Conf’ locales, syndicats et Gilets Jaunes dans le Rhône

Plusieurs initiatives communes ont déjà été mises en place de manière ponctuelle et éphémère, (notament dans le Sud-Est) entre Conf’ locales, syndicats et Gilets Jaunes pour nourrir les plus démunis, défavorisés (Migrants, Femmes, travailleurs précaires, personnel hospitalier, etc) avec une énorme volonté d’accentuer le  « travail de base » en collaborant sur le terrain : approvisionnement de cantines populaires, location généreuse d’un lambeau de terre pour y cultiver des jardins ouvriers, approvisionnement d’hôpitaux, etc. Le 2 avril, 100 paniers issus de 23 fermes du Rhône, remplis de fromages, légumes, pâtés, jus de fruits, vins, bières paysannes… ont été préparés  sur une ferme puis apportés à l’hôpital Édouard Herriot, à Lyon. La distribution était organisée par la Conf’ du Rhône avec la CGT-Santé et le Collectif Jeunes de la CGT du Rhône A lire ici (p 24)

  

Les psychologues solidaires, en appui au personnels de la santé

Les psychologsies solidaires proposent des téléconsultations gratuites pour TOUS les personnels des établissements de Santé et du secteur médico-social ainsi que les praticiens libéraux sur l’ensemble du territoire français et pendant toute la durée de la crise sanitaire. Des consultations gratuites sont possibles par visio (Skype, Whatsapp, Hangout, Zoom, Doctolib…), téléphone ou mail.Voir ici le site